Actualités

Accueil > Actualités
Trier par date de publication : croissante | décroissante
Trier par date de publication : |
LÉGISLATIF
« Voies vertes, en route pour le Vélotaf ! » : les candidat.e.s s’engagent
Jeudi 17 juin - Communiqué de presse - Élections départementales et régionales des 20 et 27 juin 2021 Le premier tour des élections régionales et départementales a lieu ce dimanche. L’Association française pour le développement des véloroutes et voies vertes (AF3V) espère qu’en sortiront des avancées pour le développement de la pratique du vélo au quotidien dans les territoires périurbains et ruraux grâce au réseau des véloroutes et voies vertes. C’est ce que laisse présumer le premier bilan de la campagne « Voies vertes, en route pour le vélotaf ! » porté depuis mi-mars par l’AF3V avec le soutien de France Nature Environnement, de l’Association des Paralysés de France APF-France handicap, la Fédération française de roller et skateboard. A 3 jours du premier tour ce sont 26 têtes de liste régionale (dont plusieurs présidents sortants) qui se sont engagées publiquement pour faire des véloroutes et des voies vertes les artères de réseaux cyclables à haut niveau de service dans 12 régions de France métropolitaine (hors Corse). Ce sont aussi de nombreux binômes dans les départements représentant diverses couleurs politiques qui ont soutenus avec enthousiasme les 10 mesures détaillées (cf. annexes) proposées par l’association. Pour Pierre Hémon, Vice-président de l’AF3V et porte-parole de cette campagne « la qualité des aménagements doit permettre l’utilisation en toutes saisons des voies vertes. C’est indispensable pour un réel développement du vélotaf, du vélo au quotidien. » Soutenue par plus de 5 000 sympathisants partout en France qui ont arboré les couleurs de la campagne sur les voies vertes qu’ils empruntent au quotidien pendant ces 3 derniers mois, cette campagne annonce un changement radical dans la manière dont de nombreux aménageurs conçoivent les véloroutes et voies vertes. Ces dernières ont vocation à supporter des déplacements utilitaires ou domicile-travail et doivent être aménagées aussi avec cet objectif. En particulier en milieu périurbain ou rural, où ce réseau pourrait être le cœur d’un « maillage vélo » reliant les territoires ! C’est là l’ambition de l’AF3V. « Forte de contacts nouveaux avec de futur.e.s élu.e.s, forte d’adhérents et de sympathisants nouveaux, forte de partenariats renforcés avec des associations avec lesquelles elle n’avait pas toujours l’habitude de travailler, l’AF3V suivra avec attention la gestion des dossiers « voies vertes » par les prochains exécutifs régionaux et départementaux. D’ailleurs un dossier spécifique est en préparation et leur sera adressé. » conclut Pierre Hémon. Les têtes de liste engagées par Région (à retrouver également sur voiesvertesvelotaf.af3v.org) Région Auvergne-Rhône-Alpes : Fabienne Grébert, Pôle écologiste ; Najat Vallaud-Belkacem, L’Alternative. Par ailleurs Laurent Wauquiez, La Région avec toutes ses forces (Président sortant) et Cécile Cukierman, Ensemble pour notre Région, nous ont répondu en faisant part de leur grand intérêt pour le vélo sans prendre position sur les 10 engagements.Région Bourgogne-Franche-Comté : Stéphanie Modde, Pôle écologisteRégion Bretagne : Pierre-Yves Cadalen, Bretagne Insoumise ; Loïg Chesnais-Girard, La Bretagne avec Loïg (Président sortant) ; Claire Desmares-Poirrier, Bretagne d’AvenirRégion Centre-Val de Loire : Charles Fournier, Un Nouveau Souffle ;Région Grand Est : Jean Rottner, Plus forts Ensemble (Président sortant)Région Hauts-de-France : Karima Delli, Pour le Climat, Pour l’Emploi ; Laurent Pietraszewski, Hauts-de-France UnisRégion Île-de-France : Julien Bayou, L’écologie Évidemment !Région Normandie : Mélanie Boulanger, La Normandie nous rassemble ; Laurent Bonnaterre, Normandie Terre d’Avenir nous a répondu mais ne valide pas formellement les 10 engagementsRégion Nouvelle-Aquitaine : Clémence Guetté, On est là ! ; Nicolas Thierry, Nos Terroirs Notre avenir ; Yves d’Amécourt pour Eddie Puyjalon, Mouvement de la Ruralité, Résistons ! avec Jean LassalleRégion Occitanie : Myriam Martin, Occitanie Populaire ; Carole Delga, Occitanie en Commun (présidente sortante) ; Antoine Maurice, L’Occitanie Naturellement ;Région Pays de la Loire : Guillaume Garot, Le Printemps des Pays de la LoireRégion Provence-Alpes-Côte d’Azur : Jean-Laurent Felizia, Pôle écologiste ; Thierry Mariani, Construisons la région de demain ; Jean-Marc Governatori, L’écologie au centre ; Hervé Guerrera, Oui la Provence ! Contact presse : Pierre Hémon - Vice-président de l’AF3V - Porte-parole de la campagne - 06 59 72 45 37 - phemon@af3v.org Sources photos : Julien Bayou [Wikipédia-CC], Laurent Bonnaterre [Twitter], Mélanie Boulanger [© archives Paris-Normandie], Pierre-Yves Cadalen [Wikipédia-CC], Loïg Chesnais-Girard [bretagne.bzh-DR], Cécile Cukierman [Wikipédia-CC], Carole Delga [Twitter], Karima Delli [Twitter], Claire Desmares-Poirrier [Twitter], Jean-Laurent Felizia [eelv.fr-DR], Charles Fournier [unnouveausouffle2021.fr-DR], Guillaume Garot [guillaumegarot2021.fr-DR], Jean-Marc Governatori [© Valery Hache / AFP], Fabienne Grébert [© Maxppp], Hervé Guerrera [DR], Clémence Guetté [DR], Thierry Mariani [Wikipédia-CC], Myriam Martin [La Dépêche], Antoine Maurice [Twitter], Stéphanie Modde [eelv.fr-DR], Laurent Pietraszewski [Wikipédia-CC], Eddie Puyjalon [Twitter], Jean Rottner [grandest.fr-DR], Nicolas Thierry [Twitter], Najat Vallaud-Belkacem [© Ministère de l'Education National], Laurent Wauquiez [Twitter].
Pierre HEMON | le 17/06/2021
LÉGISLATIF
Véloroutes et voies vertes : union inédite des associations
Communiqué de presse du 10 juin 2021 - Élections départementales et régionales des 20 et 27 juin 2021 France Nature Environnement, l’APF France handicap, la Fédération Française de Cyclotourisme ou encore Rue de l’Avenir : une dizaine d’associations, grandes et petites, ont rejoint la campagne « Voies vertes, en route pour le vélotaf ! » lancée au mois de mars par l’AF3V. A 10 jours du premier tour des élections régionales et départementales, c’est aujourd’hui une véritable union inédite qui s’est formée autour d’un objectif commun : faire des véloroutes et des voies vertes un levier pour le développement de la pratique du vélo dans les territoires. On fait le point. Courant mars, l’AF3V lançait sa campagne #VoiesVertesVélotaf. Cible visée : les candidats aux élections régionales et départementales. Objectif affiché : faire des véloroutes et voies vertes une composante essentielle du réseau cyclable dans les territoires pour le développement de la pratique du vélo.Douze semaines et plus de 4 500 soutiens individuels plus tard, un premier constat s’impose : l’appel de l’AF3V a rencontré un large écho, notamment dans le monde associatif. Une dizaine d’associations, d’ampleur nationale pour plusieurs d’entre elles, se sont agrégées à l’initiative et s’en sont fait le relais à leur niveau. Autre signe de l’ampleur de cette mobilisation, leurs domaines d’action sont très divers : promotion du vélo bien sûr, mais aussi défense de l’environnement, des mobilités actives, de l’inclusion et des personnes porteuses de handicap.Hétéroclite, cette union ? Bien au contraire : elle montre bien que l’aménagement des véloroutes et voies vertes est une vraie question d’intérêt général qui se place au coeur d’enjeux forts pour encourager une mobilité d’avenir, solidaire et écologique : développement des mobilités actives bien sûr, mais aussi lutte contre le réchauffement climatique, préservation de la biodiversité et inclusion sociale. Par exemple le choix d’un revêtement en enrobé plus écologique, contrairement aux idées reçues, que des stabilisés couramment utilisés, ou la suppression des dispositifs anti-accès motorisé très utilisés par les collectivités qui pénalisent plus les usagers que les contrevenants sont déterminants dans le développement de l’usage des voies vertes et montrent bien la cohérence d’une telle union. Pierre Hémon, Vice-président de l’AF3V, enfonce le clou : « L’avenir des véloroutes et des voies vertes, c’est une question d’aménagement du territoire cruciale, qui dépasse largement le petit monde du vélo. Nos partenaires ne s’y sont pas trompés. »Et demain ? Jusqu’aux élections départementales et régionales, qui démarrent le 20 juin, la campagne se poursuit. A 10 jours du premier tour une quinzaine de têtes de liste pour les élections régionales et plusieurs binômes dans les départements se sont engagées (la liste complète à retrouver ici). L'AF3V poursuivra son action après les élections en restant attentive aux engagements des futur.e.s élu.e.s pour s’assurer qu’ils et elles passent des paroles aux actes. Pour suivre et soutenir la campagne, la partager par mail ou sur les réseaux sociaux, une seule adresse : https://voiesvertesvelotaf.af3v.org
Sophie POUILLY | le 10/06/2021
AMÉNAGEMENT
Voies vertes et accessibilité : quand les aménagements pénalisent les personnes à mobilité réduite
Communiqué de presse - Jeudi 29 avril 2021 Dans le cadre de sa semaine « Action Mobilités Accessibilité ! » et pour défendre l’accessibilité des loisirs notamment, APF France handicap rejoint la coalition de la campagne « Voies vertes, en route pour le vélotaf ! » portée par l’AF3V. Nos associations s’unissent et interpellent conjointement les candidates et candidats aux élections départementales et régionales des 20 et 27 juin prochains pour améliorer la sécurité, l’accessibilité et la roulabilité des voies vertes.Nous appelons de nos vœux à un engagement ferme de la part des futur.e.s élu.e.s sur les 10 mesures concrètes sélectionnées et aisément applicables. Les voies vertes pour sortir de l’isolement Avec la pandémie de Covid-19 et ses confinements successifs, maintenant nous savons ce que ça fait de ne pas pouvoir aller où nous voulons ! L’isolement et la restriction de liberté, c’est ce que vivent au quotidien de très nombreuses personnes en situation de handicap et leurs proches toute l’année, et ce, malgré la loi dite "handicap" de 2005 qui vise à l’accessibilité universelle.Mais l’accessibilité concerne tout le monde : 9 Français sur 10 déclarent éprouver des difficultés dans leurs déplacements. C’est le cas pour 72 % des personnes se déplaçant avec une poussette.Dans les agglomérations ou en zones périurbaines et rurales, l’accessibilité de la voirie recueille le plus haut niveau d’insatisfaction. Il est urgent de mettre en accessibilité les voies vertes, ces aménagements sécurisés, de faible déclivité, réservés aux usagers en modes actifs (piétons, cyclistes, P.M.R, rollers), permettant de s’affranchir de nombreuses coupures et autres obstacles bloquant dans la mobilité. C’est la demande forte faite par APF France handicap et l’AF3V pour satisfaire les besoins de nombreux citoyens comme Pascal, adhérent de APF France handicap dans la région Centre-Val de Loire « depuis plusieurs années, nous pratiquons les véloroutes et voies vertes. Ma femme est en fauteuil manuel équipé d'une 5ème roue électrique et moi-même en vélo […] Parfois un équipement soi-disant de sécurité vient empêcher toute circulation avec le fauteuil. » « L’accès à tout, pour tous » Les voies vertes, comme tout aménagement, doivent répondre aux critères de l’accessibilité universelle par la mise en place d’un cahier des charges précis pour les maitres d’ouvrage garantissant sécurité et inclusion. Pour nos associations, cela passe notamment par des largeurs de voie appropriées et la suppression des barrières anti-accès motorisé et potelets aux entrées des voies vertes. Ces dispositifs bloquants (cf. photo ci-contre) voire dangereux pour les usagers ne répondent malheureusement que très rarement à leur objectif premier comme l’explique Pierre Hémon, vice-président de l’AF3V « le remède est pire que le mal : ces barrières sont à la fois inefficaces et injustes. Il faut pénaliser les contrevenants et non les usagers ! » Il s’agit aussi de garantir un accès aux voies vertes en toute saison et par tous les temps grâce à l’emploi de revêtements durables et roulants en enrobé qui soient entretenus toute l’année (cf. photo ci-contre). C’est également permettre la connexion des voies vertes aux gares et stations de transports collectifs pour faciliter les déplacements et lutter contre les fractures sociales et territoriales.Les voies vertes, artères d’un réseau national de 17 515 km sont des infrastructures permettant le déplacement quotidien de nombreux citoyens français. Elles sont de véritables infrastructures de transport qui doivent prendre en compte les besoins des usagers et permettre de rejoindre les pôles de service, lieux de travail ou de formation. Il est impératif de soigner leur réalisation qui dépend principalement des Conseils départementaux et régionaux pour permettre à toutes et tous d’en avoir l’usufruit. Pour cela l’AF3V et ses partenaires ont sélectionné 10 bonnes mesures pour une mobilité d’avenir (ci-dessous). 1. En plus de l’AF3V et d’APF France handicap, la coalition regroupe : France Nature Environnement, Fédération française de Cyclotourisme, Rue de l’Avenir, Fédération française de roller & skateboard, Fédération des usagers de la bicyclette, Virage Energie, CyclotransEurope et Amis de la Nature France. 2. Campagne « Maintenant vous savez » APF France handicap, 2020 3. Enquête IFOP / APF France handicap, 2020 Soutenez la campagne, cliquez sur "Je soutiens" : https://voiesvertesvelotaf.af3v.org
Pierre HEMON | le 29/04/2021
ACTU VÉLO
Voies Vertes en route pour le Vélotaf !
Communiqué de presse - Élections départementales et régionales des 13 et 20 juin 2021 - Lancement officiel de la campagne le mardi 16 mars 2021 « Avec presque 18 000 km de voies vertes et véloroutes en France, nous disposons d’un réseau existant qui, si on l’aménage correctement, peut devenir une infrastructure efficace pour les déplacements quotidiens des Françaises et des Français. Surtout quand on sait que trois quarts des déplacements domicile-travail en France de moins de 15 km sont encore effectués en voiture » rapporte Pierre Hémon, vice-président de l’Association française pour le développement des véloroutes et voies vertes (AF3V) et porte-parole de cette campagne, avant de poursuivre « le vélo a toute sa place dans nos mobilités, c’est pourquoi nous proposons aux candidats des prochaines élections départementales et régionales de nous rejoindre autour de 10 engagements qui permettront de développer le vélotaf, c’est-à-dire l’usage du vélo pour aller au travail. » https://voiesvertesvelotaf.af3v.org Le Plan vélo présenté en 2018 fixe comme objectif de passer la part modale vélo de 3 % à 12 % en 2030. Il s’agit donc de multiplier par 4 en 10 ans l’usage du vélo dans nos déplacements. Pour participer à atteindre cet objectif ambitieux et pour accélérer la pratique du vélo dans les zones rurales et périurbaines, l’AF3V propose 10 engagements aux candidats des prochaines élections régionales et départementales.Ces 10 engagements doivent permettre de transformer les voies vertes et les véloroutes en infrastructures de la mobilité du quotidien des Français et de booster l’usage du vélo pour se rendre à son travail. Nos 10 engagements pour développer le vélotaf grâce aux voies vertes : Créer des comités d’itinéraire avec les usagersPour mieux prendre en compte leurs besoins en mobilité du quotidienEmployer des revêtements lisses et durablesPour encourager les déplacements utilitaires et favoriser l'inclusion socialeAménager les voies vertes en enrobé plutôt qu’en stabiliséPour préserver l’environnement, grâce au meilleur bilan écologique de l’enrobéCréer des corridors biologiques distincts des voies vertesPour sauvegarder la biodiversité le long des voiesSupprimer les barrières inadaptées et les potelets dangereuxPour améliorer l’accessibilité universelle des voies vertesGénéraliser la priorité donnée aux piétons et aux cyclistesPour mieux sécuriser les intersections des voies vertesRaccorder les voies vertes aux gares et aux stations de transports collectifsPour renforcer l’intermodalité et fluidifier les déplacementsPrévoir une largeur de 5 m pour les voies vertesPour faciliter la cohabitation entre les usagers, plus nombreux chaque annéeAssurer l’entretien régulier et la maintenance hivernale des voies vertesPour garantir la qualité de l’infrastructure toute l’année, comme pour le réseau routier et TERSoutenir le projet Vélo expresS porté par l’AF3VPour favoriser l’autonomie des publics précaires dans leur mobilité grâce aux voies vertes En route pour le vélotaf Nous pensons que les véloroutes et les voies vertes ne doivent pas être réservées à un usage récréatif pendant les week-ends et les vacances. Elles sont une infrastructure d’avenir pour les déplacements domicile-travail (vélotaf), à condition de les aménager comme il faut, de les entretenir et de leur permettre de faciliter la connexion avec l’ensemble des moyens de transports d’un territoire (train, bus, tramway…). Une des solutions que nous proposons est l’emploi de revêtements lisses qui facilitent la pratique du vélo et garantissent une meilleure durabilité. Lorsque les revêtements sont améliorés, la fréquentation est multipliée de 5 à 10. Les bénéfices du vélo au quotidien pour se rendre au travail ou sur les lieux de ses activités sont très nombreux pour soi-même et pour la société. En pratiquant 30 minutes de vélo chaque jour, c’est 30 % de risques en moins de développer une maladie cardiovasculaire, un cancer ou du diabète. En utilisant davantage le vélo, les usagers font des économies et ceux qui ne peuvent pas avoir de voiture peuvent tout de même se rendre sur leur lieu de travail.En proposant des infrastructures de qualité pour circuler à vélo, les territoires développent leur attractivité et leur potentiel économique. Soutenir les mobilités alternatives à la voiture, c’est aussi soutenir les chefs d’entreprises qui parfois n’arrivent pas à embaucher parce que la distance entre l’entreprise et le domicile des salariés est trop grande.Et bien sûr, développer l’usage du vélo chez les Français est un moyen efficace, rapide et économique de réduire les émissions de gaz à effet de serre, principales causes du réchauffement climatique. Une campagne de mobilisation Soutenue par ses adhérents partout en France, l’AF3V lance sa campagne ce mardi 16 mars2021. Nous irons à la rencontre des candidats pour les sensibiliser et les interpeller sur nos propositions. Nous souhaitons travailler avec eux pour placer l’aménagement des voies vertes et le développement du vélotaf au cœur du débat avec les électeurs. Plus que jamais, rappelons que la mobilité est essentielle pour tous les citoyens, pour les acteurs économiques, associatifs, culturels et que le vélo peut apporter une réponse aux enjeux économiques, environnementaux, sanitaires, sociaux… auxquels font face les Français. Contact pressePierre Hémon06 59 72 45 37phemon@af3v.org L’Association française pour le développement des véloroutes et des voies vertes est une association d'usagers qui œuvre à la création d'un réseau ambitieux et cohérent d'aménagements sécurisés, accessibles et de qualité pour les déplacements en modes actifs sur l'ensemble du territoire français.Retrouvez-vous sur notre site https://www.af3v.org, Twitter (@AF3V_officiel) et Facebook (AF3V –véloroutes et voies vertes).
Pierre HEMON | le 16/03/2021
ACTU VÉLO
Plein d’idées pour mettre la France en selle à l’occasion des futurs déconfinements
Assurant naturellement le respect de la distanciation et non polluant, le vélo est plus que jamais un «geste barrière» à ne pas négliger pour améliorer la qualité de l’air, limiter la pandémie et surtout faciliter le (ou les) déconfinement(s) à venir. Les acteurs du vélo proposent unanimement des pistes d’actions concrètes pour permettre au panel le plus large possible de citoyens d’accéder à la solution vélo. La pandémie nous a collectivement fait prendre conscience des carences de notre politique de prévention santé. Or, il n’y a pas de meilleure prévention primaire qu’une activité physique quotidienne, comme la pratique régulière du vélo. Et les coûts de santé évités par ces nouvelles pratiques dégageront de vraies marges de manoeuvre financières… ALORS COMMENT FAIRE, CONCRÈTEMENT ? Pour commencer, il faut pouvoir circuler à vélo en toute sécurité. Nous demandons à l’Etat de sécuriser le financement de la pérennisation promise des aménagements de transition, dites “coronapistes”, en abondant le fonds vélo de 100 millions d’euros supplémentaires dès 2021. Par ailleurs, nous proposons de financer la conversion cyclable de «territoires pilotes» dans toute la France : au moins une ville moyenne par Région et un territoire rural par département. En effet, si le vélo se développe très rapidement dans les métropoles, le potentiel est loin d’être atteint dans les villes moyennes et au-delà. A terme, chaque territoire doit pouvoir se reconnaître dans un de ces projets pilotes, afin de réaliser que quand on y met les moyens, nos concitoyens adoptent massivement le vélo. Une fois la pandémie passée, il faudra panser les crises économique et surtout sociale. La vente et la réparation de vélos sont sources de création d’emplois locaux durables et non délocalisables. Le potentiel se compte en milliers. Alors que ce dispositif rencontre un succès tant inattendu qu’impressionnant, nous proposons de reconduire pour 2021 le «Coup de Pouce Vélo» de 50 euros qui permet de réparer son vieux biclou. Ce dernier a déjà permis de créer plus de 500 postes, tout en donnant du pouvoir d’achat et du pouvoir de mobilité à près d’un million de personnes. Le dispositif incarne concrètement le concept souvent incompris d’économie circulaire, car il favorise la réparation et le ré-emploi. De nombreux emplois industriels ont été détruits par la crise, nous proposons donc d’investir massivement dans l’innovation vélo afin de réconcilier progrès et sobriété: vélomobiles, vélo-taxi, vélos-cargo, vélos en fibre de carbone, toutes ces bicyclettes à haute valeur ajoutée n’attendent que les talents de salariés d’industries sinistrées par le covid. Par ailleurs, pour soutenir l’ensemble des salariés dans leur changement de mobilité, donnons les moyens aux employeurs d’installer du stationnement vélo sécurisé. Nous proposons le lancement d’un équivalent du programme «Alvéole» pour co-financer de telles infrastructures.Enfin, comme la jeunesse est notre avenir, il nous paraît indispensable de massifier immédiatement le déploiement du programme «savoir rouler à vélo». Apprendre à se déplacer à vélo en ville en école primaire pour savoir pédaler en autonomie vers les collèges : ainsi émergera une véritable «génération vélo». Nous ferons de la bicyclette une évidence à vie pour les déplacements courts et moyens. Télécharger la tribune
Sophie POUILLY | le 24/11/2020
ACTU VÉLO
Plan vélo et mobilités actives : Pour l’AF3V, la parole des usagers doit compter !
Barbara Pompili, ministre de la Transition Ecologique, l’a exprimé en ces termes : « le pays est en train de vivre un moment vélo ». Et pour soutenir cette nouvelle dynamique, engagée au moment du déconfinement, l’État a décidé de frapper fort. Mi-septembre, la Ministre annonçait pour les deux années à venir le doublement du budget alloué au Plan vélo et mobilités actives. Mais pour l’AF3V, cette excellente nouvelle comporte des failles, relatives aux conditions d’attribution des fonds aux collectivités locales. On fait le point. Engagé par Elisabeth Borne en 2018, le Plan Vélo Mobilités actives, c’était une enveloppe de 350 millions d’euros sur sept ans, dédiée au cofinancement par l’Etat de projets d’infrastructures cyclables portés par des collectivités territoriales. Mais la Covid-19 est passée par là, et depuis le déconfinement, la pratique du vélo connaît un engouement sans précédent dans le pays. Pour Pierre Hémon, Vice-président de l’Association pour le Développement des véloroutes et voies vertes (AF3V), « on assiste à une formidable dynamique, même si la démultiplication des cyclistes engendre quelques conflits d’usage. Il faut dire qu’énormément d’infrastructures ne sont pas encore au niveau ! ». Une réalité que l’État semble avoir prise en compte, comme en témoignent les récentes annonces de Barbara Pompili. On pense en particulier au doublement, pour les deux ans à venir, du budget alloué au Plan vélo mobilités actives. De 50 millions d’euros annuels, celui-ci passera à 100 millions jusqu’en 2022. L’expertise des usagers, grande oubliée du plan vélo ! Engagée depuis plus de vingt ans pour porter la parole des usagers jusqu’aux aménageurs, l’AF3V salue cet effort sans précédent. Néanmoins, l’association pointe une faille majeure dans le dispositif : les conditions d’attribution de ces fonds supplémentaires aux collectivités. En effet, l’Etat n’impose aux aménageurs aucune concertation avec les usagers pour soutenir un projet. Pour Julien Dubois, Président de l’AF3V, « l’expertise d’usage des associations n’est pas reconnue. C’est très regrettable, parce que les aménagements cyclables réalisés sans concertation avec les usagers sont souvent en décalage avec leurs besoins. Et en matière de politique cyclable, nous n’avons plus le droit, ni le temps, de nous tromper ». Plus qu’une complète victoire, les annonces de la Ministre apparaissent donc davantage comme un premier pas, dont l’AF3V suivra avec attention la mise en œuvre. Contact presse : Elisabeth  Gerson - communication@af3v.org Télécharger le communiqué de presse .pdf
Sophie POUILLY | le 01/10/2020
LÉGISLATIF
LOM : Tout ça pour ça ?
La Loi d'Orientation sur les Mobilités : Tout ça pour ça ? Adoptée le 18 juin en première lecture, la Loi d’Orientation des Mobilités (LOM) qui devait révolutionner nos modes de déplacement se révèle très décevante pour les usagers des véloroutes et voies vertes. Organisation des Assises de la Mobilité qui auront duré 3 mois, 2513 contributions recueillies, plus de 300 heures de débat à l’assemblée nationale, 3500 amendements déposés… pour quels résultats concrets ? La définition de la véloroute est désormais officiellement inscrite dans le code de la voirie routière. Cette mesure est censée assurer l’homogénéité et la qualité des itinéraires. En réalité les militants de l’AF3V le savent bien : c’est sur le terrain, avec les maîtres d’ouvrage, que se négocient et se décident la qualité et la continuité du réseau des VVV. Aucune formulation inscrite dans la loi ne remplacera jamais le travail de concertation de nos délégations locales. Autre évolution : le « schéma national des véloroutes et voies vertes », SN3V, s’appellera désormais « schéma national des véloroutes ». Les députés ont jugé qu’il n’était pas souhaitable que l’on mette sur le même plan les véloroutes, qui sont des itinéraires, et les voies vertes, qui sont des aménagements. Cet éclaircissement sémantique méritait-il un amendement ? Ce changement réjouira ceux qui se payent de mots. Nous attendions beaucoup de cette nouvelle loi pour enfin autoriser la circulation des cyclistes sur l’ensemble des chemins de halage. Malheureusement notre amendement, sans doute trop précis et trop concret (un grand merci à Agnès Laszczyk de la FUB pour ses précieux conseils), a été repoussé. Les députés ont préféré inscrire dans la loi que Voies Navigables de France pourra « promouvoir l’usage du vélo sur le réseau qui lui est confié » tout en réaffirmant immédiatement la nécessité de passer des conventions au cas par cas, ce qui correspond exactement au système actuel que nous proposions de faire évoluer. La sécurité des cyclistes servira encore longtemps de monnaie d’échange entre VNF, qui essaie de se décharger du coût de l’entretien de ses chemins de halage et les collectivités qui ont des projets de voies verte ou pas. Sans attendre une évolution plus ambitieuse des lois qui régissent nos déplacements, l'AF3V continue de se mobiliser chaque jour sur le terrain pour le développement et l'amélioration du réseau des VVV. Julien DUBOIS Président de l'AF3V
Webmaster | le 04/07/2019
    articles de 1 à 10     
Recevez toutes nos actualités et événements

AF3V

L'association française pour le développement des véloroutes et des voies vertes est une association d'usagers qui œuvre à la création d'un réseau ambitieux et cohérent d'aménagements sécurisés, accessibles et de qualité pour les déplacements en modes actifs sur l'ensemble du territoire français.

Contact

info@af3v.org

03 44 60 11 63

Copyright Ⓒ 2020 - Tous les droits sont réservés AF3V