Actualités

Accueil > Actualités
Trier par date de publication : croissante | décroissante
Trier par date de publication : |
AMÉNAGEMENT
Un décret pour faciliter le développement des voies vertes
L'AF3V se montre tout à fait favorable aux changements effectués dans les articles du Code de la route suite au décret n°2022-635 visant à permettre à certains véhicules de circuler sur les voies vertes. Cela peut sembler contradictoire mais comme le rappelait Pierre Hémon, Président de l'AF3V : "Ce décret a le mérite d’être là et va éclaircir un certain nombre de situations, en permettant de classer en voies vertes des voies comme des chemins de halages, des chemins agricoles ou des accès à des propriétés privées ». Ce décret et les mesures qui en découlent étaient très attendus par l’association et permettent d'officialiser la classification en voie verte de certains tronçons ouverts aux véhicules motorisés, ce qui participe assurément au développement du réseau des véloroutes. En guise d’exemple, l'AF3V a toujours milité pour l'ouverture aux cyclistes des chemins de halage, propriété de Voies Navigables de France et interdites aux cyclistes depuis 1932, qui sont en réalité des voies sécurisées répondant au besoin de mobilité quotidienne ou de loisirs des habitants. L'AF3V se réjouit donc de cette avancée qui va dans le sens des objectifs exprimés dans la Loi d’Orientation des Mobilités (LOM) mais reste attentive toutefois car la possibilité laissée aux collectivités de décider de dérogations sur des voies vertes existantes, les ouvrant au une (faible) circulation motorisée, peut représenter un risque. L’AF3V compte sur la vigilance de ses adhérents et amis qui, comme elle, s'en réfèrent à l’esprit de responsabilité des élus locaux.
Sophie POUILLY | le 11/05/2022
LÉGISLATIF
Décret voie verte : des mesures pragmatiques très attendues 
Après quelques péripéties et une remise en ordre par le Conseil d’État, le décret du 22 avril 2022 "modifiant certaines dispositions du code de la route relatives aux les voies vertes" a été signé la semaine dernière et publié au JO du 24 avril. Les changements par rapport au texte vont dans le sens de la simplification et de l'affirmation du rôle du pouvoir de police, sans qu'il y ait de remise en cause des objectifs. Voici les évolutions : les dérogations sont maintenant prévues par l'article R.411-3-1 du code de la route et non plus dans le R.412-7. Il est plus logique de les introduire dans un article définissant de manière positive les personnes autorisées à circuler que comme des dérogations dans un article portant sur des interdictionsen cas de superposition de domanialité, il y a à la fois consultation des deux gestionnaires et visa de la convention de superposition de domanialité pour la création de la voie vertele fait l'autorité détentrice du pouvoir de police définit les règles de circulation sur la voie verte est plus affirmé, avec notamment la possibilité de définir une limitation de vitesse inférieure à 30km/h qui était implicite dans la version précédente en faisant appel à d'autres articles du code mais qui devient plus claire. Elle n'est pas tenue de consulter les gestionnaires de la voirie ou du domaine pour cela mais elle a dû viser la convention en cas de superposition de domanialité lors de la création de la voieles références croisées avec le code des transports sont supprimées : tant qu'un chemin de halage n'est pas classé en voie verte, il n'est pas ouvert à la circulation publique et le gestionnaire du domaine définit les règles et autorisations applicables selon le code des transports; à partir du moment où il est classée en voie verte, il est ouvert à la circulation publique, et c'est le code de la route qui s'applique avec la définition correspondante des autorités détentrices du pouvoir de police. C'est le seul changement réel par rapport à la proposition. Il faudra en analyser les conséquences pratiques pour VNF, sachant que dans la majorité des cas, l'autorité détentrice du pouvoir de police et le gestionnaire du domaine qui signe la convention sont la même collectivité. Dans la pratique, cette modification du code de la route devrait permettre : de consolider de nombreuses décisions déjà prises par des collectivités pour créer des voies vertes en autorisant quelques accès pour des riverains, notamment agriculteurs. Sur un petit échantillon de décisions, on s'aperçoit que la moitié d'entre-elles sont déjà dans ce casde qualifier de voies vertes de nombreuses voies qui en ont déjà les caractéristiques et le fonctionnement mais que leurs gestionnaires, soucieux de légalité, n'ont pas qualifiées ainside faciliter la création de nouvelles voies, par exemple sur des chemins ruraux voire sur de toutes petites routes, en levant les oppositions de riverains. C'est cet aspect qui est bien sûr primordial pour permettre la concrétisation de projets de voies cyclables sans impact sur les structures agricoles et avec des impacts environnementaux réduits. Plus d'information sur : https://www.legifrance.gouv.fr/jorf/id/JORFTEXT000045641454
Sophie POUILLY | le 01/05/2022
ACTU VÉLO
Intermodalité et emport de vélos dans les trains : Rencontre avec la SNCF
Armand Portaz, notre référent pour le comité "Mon vélo dans le train" partage l’échange constructif du15 avril 2022 qui s'est déroulé à Paris avec la  SNCF,  afin de faire le point sur l’avancement des groupes de travail avec les associations d’usagers, dont l’AF3V sur l’intermodalité 🚊 + 🚴‍♀️ et l’emport de vélos. http://monvelodansletrain.fr/documents/2022-04-15-SNCF-Train+Velo-Comite_annuel_parties_prenantes.pdf En résumé  Plus de stationnements vélos sécurisés dans les gares, au plus près des quais afin de limiter l’emport de vélos dans les trains par les pendulaires 👉 Si les Régions avance sur ce sujet, c’est plus compliqué en Région Ile-de-France. Améliorer l’accessibilité aux quais et labelliser les gares en terme de service vélos (pompe, casier pour sacoches, recharge batterie, stationnements sécurisés pour les occasionnels et vélos spéciaux) Un minimum de places vélos dans tous les trains 👉 43 %  TGV proposent entre 2 et 4 places vélos, en hausse de 6% /2021), dont 78% TGV atlantique, 62% de TGV Est  et 22 % pour les TGV Sud Est ( Paris Marseille pour cet été). Tjs en réflexion pour les TGV Nord 👉 Le nombre de places vendus dans les TGV a dépassé celui vendu dans les intercités. 👉 Les nouveaux OUIGO classique Paris Nantes et Paris Lyon disposent de 16 places vélos. 👉 42 rames de TGV OUIGO seront équipés de 8 places vélos à partir de 2025 👉 Les  rames TER sont équipés à 95 % de places vélos. 6 places en moyenne avec un objectif de 8  minimum Plus de trains avec emport massif de vélos sur bâches, reconduit cette année 👉 Informations des trains concernés prochainement disponibles sur l’application SNCF Connect 👉 Cette dernière devrait être plus fluide pour assurer si besoin une réservation de places vélos. 
Sophie POUILLY | le 28/04/2022
ACTU VÉLO
ViaRhôna : enquête publique tronçon de Pierre-Bénite à Givors :
L’AF3V souhaite que l’État ne valide pas le rapport des commissaires enquêteurs L’AF3V, association Française pour le Développement des Véloroutes et des Voies Vertes, participe à l’élaboration du projet de la ViaRhôna depuis son origine. Ses délégués ont, avec une bonne connaissance du terrain, contribué à l’enquête préalable à la déclaration d’utilité publique (DUP) concernant ce tronçon entre Pierre-Bénite à Givors. Nous sommes surpris par la faible qualité du rapport remis par les commissaires enquêteurs et de l’avis négatif qui en ressort, et ce pour deux raisons. Tout d’abord ce rapport ne mentionne pas les éléments présentés dans le mémoire en réponse du maitre d’ouvrage, qui apporte des réponses argumentées aux questions et objections formulées. Ensuite nous regrettons l’attitude des commissaires enquêteurs qui se sont contentés d’étudier des photos du site sans même aller ne serait-ce qu’une fois sur le terrain. Ce projet n’a pas été traité avec une connaissance suffisante de ce qu’est une voie verte et de la pratique du vélo. Nous souhaitons donc que l’État ne valide pas ce rapport. L’attente de cet aménagement est très importante, par les cyclistes du quotidien aussi bien par ceux du dimanche et les cyclotouristes et par toutes les communes concernées. Le cheminement traverse les secteurs du Syndicat Mixte du Rhône des Iles et des Lônes (SMIRIL). Ils comportent 2 zones sensibles : une zone nord de 3.5km en grande partie accessible notamment par des agriculteurs et une zone sud de 3.5km traversée par un sentier et des pistes. Des associations locales cherchent à sanctuariser ces sites pour préserver leur richesse. C’est un désir que nous partageons, mais nous pensons que l’aménagement proposé est de nature à mieux protéger les espaces et leur biodiversité plutôt que les laisser se dégrader comme c’est le cas actuellement. En effet ces zones sont fréquentées actuellement par des promeneurs et vététistes, avec une fréquentation fortement augmentée depuis la crise du Covid. Les belles journées attirent beaucoup de monde, des piqueniques, des barbecue familiaux ou de groupes qui envahissent de fait l’ensemble du secteur. Mais une voie verte est une garantie pour la protection des espaces sensibles. En effet ce projet permettrait d’organiser et donc de réguler cette fréquentation en limitant fortement son étalement sur l’ensemble du secteur. Il contribuerait ainsi de fait à préserver le milieu naturel comme le montrent les exemples existants. Et cette voie verte devrait être réalisée la plupart du temps sur des chemins existants. Cette zone sensible nécessite bien évidement des précautions qui sont prises en compte dans les propositions mises à l’enquête et le seront dans sa réalisation, comme elles l’ont été dans les réalisations de ce type (voir liste non exhaustive en fin de communiqué). Des passages de voies vertes en zones sensibles sont déjà réalisés. Vous en trouverez une liste (non exhaustive) en annexe. Celui de l’Ile du Beurre, proche, est éclairant tant il montre bien que l’aménagement, avec un revêtement de qualité, ne pose pas de problème et permet d’éviter que les promeneurs se répandent dans l’ensemble de la zone.  Sans oublier que le revêtement de qualité choisi supporte les inondations.  Mais de fait c’est le principe même des voies vertes, ouvertes à tous les modes actifs, que contestent les commissaires enquêteurs. Rappelons donc que les voies vertes sont des routes sans voiture qui offrent un espace apaisé, sécurisé aux piétons, cyclistes, rollers, personnes handicapées. Elles doivent être roulantes en toutes saisons. La qualité du revêtement est indispensable pour les engins à petites roues (trottinettes, rollers, fauteuils roulants). Voie Verte = garantie de sécurité et tranquillité La cohabitation des vélos, piétons, rollers, enfants, PMR sur une voie verte n’est une question que pour ceux qui n’en ont jamais pratiqué. L’immense succès des voies vertes, plébiscitées par les familles qui les utilisent le démontre. Leur fréquentation a explosé ces dernières années.  Et s’il existe des tronçons inondables cela n’a rien d’extraordinaire sur la ViaRhôna (le pont de Groslée, Laveyron, entre Charmes et La Voulte, La Conche entre Viviers et Bourg-Saint-Andéol pour n’en citer que quelques-uns). C’est vrai qu’en période de crue on ne passe pas mais le reste du temps ça ne pose pas de problèmes ! ANNEXE : Liste de sites ou une voie verte a été réalisée dans une ZNIEFF type 1 dans la Région hors chemins de halage et anciennes voies ferrées : ViaRhôna69 l’ile du Beurre Tupin et Semons 1.6km74 Serrières en Chautagne 6km38 01 Groslée : 2.8km38 Arandon, Mepieu, Courtenay : étang de Praille 2.5km38 Sablons, Moly Sabata : 700m07 St Jean de Muzols 3.4km07 La Voulte sur Rhône 2.6km26 Livron Loriol traversée de la Drôme, 4kmLa Drôme a fait des analyses d’impact sur la faune, plutôt positifs07 St Montant, Bourg St AndeolVia Allier: Billy, Vichy St Yorre 20kmVoie Bleue : 07 Rhône Crussol Cornas 5kmV62 : combe de Savoie Grésy sur Isère 5kmV63 : Romans-sur-Isère, 3.5kmVallée du Jabron Montboucher 2.5km Plus d'info : https://www.auvergnerhonealpes.fr/actualite/800/23-viarhona-l-enquete-publique-pour-amenager-le-troncon-lyon-givors-demarre.htm
Sophie POUILLY | le 27/01/2022
ACTU VÉLO
COP26 : l'AF3V signe l'appel mondial pour le développement du vélo dans la lutte pour le climat.
Les dirigeants gouvernementaux doivent s'engager à augmenter les niveaux de cyclisme pour réduire les émissions de carbone et atteindre les objectifs climatiques mondiaux rapidement et efficacement A l’occasion de la COP 26 qui se tient à Glasgow, la Fédération européenne des cyclistes - ECF - a pris l’initiative d’une lettre ouverte de la communauté mondiale vélo destinées aux gouvernements de la COP26 pour qu’ils augmentent le nombre de cyclistes et ainsi réduire les émissions de gaz à effet de serre et atteindre les objectifs mondiaux contre le réchauffement climatique. L'AF3V a signé ! et rejoint les plus de 301 associations qui soutiennent la démarche.  « Le monde a besoin de beaucoup plus de vélos si nous voulons lutter contre le changement climatique. Sans une action plus rapide et plus déterminée des gouvernements du monde entier pour réduire les émissions de carbone des transports, nous condamnerons les générations présentes et futures à un monde plus hostile et beaucoup moins habitable ». Les transports représentent 24% des émissions des gaz à effet de serre, ce sont les transports routiers qui en sont majoritairement responsables. La croissance du transport aérien s’ajoute de plus en plus à ces menaces pour le climat.Comme le reconnaît le GIEC – Groupe d’experts intergouvernemental sur le climat –  « Le vélo ne produit aucune émission et le cyclisme a des impacts socio-économiques positifs de grande envergure en plus d’une réduction de la pollution ». En synergie avec la marche et les transports publics, ces différents modes peuvent faire système et entraîner une réduction de l’usage des transports polluants.Les gouvernements doivent s’engager à augmenter la pratique du vélo sous toutes ses formes (quotidien, touristique, sportif) en reconnaissant le vélo comme une solution climatique, financer des stratégies nationales en concentrant les investissements dans des infrastructures sûres et de qualité.« Il n’y a aucun moyen concevable pour les gouvernements de réduire les émissions de CO₂ assez rapidement pour éviter le pire de la crise climatique sans augmenter la part du vélo. Il est l’une des meilleures solutions dont nous disposons déjà pour garantir que notre planète soit habitable pour toutes les générations à venir. »
Sophie POUILLY | le 15/11/2021
LÉGISLATIF
« Voies vertes, en route pour le Vélotaf ! » : les candidat.e.s s’engagent
Jeudi 17 juin - Communiqué de presse - Élections départementales et régionales des 20 et 27 juin 2021 Le premier tour des élections régionales et départementales a lieu ce dimanche. L’Association française pour le développement des véloroutes et voies vertes (AF3V) espère qu’en sortiront des avancées pour le développement de la pratique du vélo au quotidien dans les territoires périurbains et ruraux grâce au réseau des véloroutes et voies vertes. C’est ce que laisse présumer le premier bilan de la campagne « Voies vertes, en route pour le vélotaf ! » porté depuis mi-mars par l’AF3V avec le soutien de France Nature Environnement, de l’Association des Paralysés de France APF-France handicap, la Fédération française de roller et skateboard. A 3 jours du premier tour ce sont 26 têtes de liste régionale (dont plusieurs présidents sortants) qui se sont engagées publiquement pour faire des véloroutes et des voies vertes les artères de réseaux cyclables à haut niveau de service dans 12 régions de France métropolitaine (hors Corse). Ce sont aussi de nombreux binômes dans les départements représentant diverses couleurs politiques qui ont soutenus avec enthousiasme les 10 mesures détaillées (cf. annexes) proposées par l’association. Pour Pierre Hémon, Vice-président de l’AF3V et porte-parole de cette campagne « la qualité des aménagements doit permettre l’utilisation en toutes saisons des voies vertes. C’est indispensable pour un réel développement du vélotaf, du vélo au quotidien. » Soutenue par plus de 5 000 sympathisants partout en France qui ont arboré les couleurs de la campagne sur les voies vertes qu’ils empruntent au quotidien pendant ces 3 derniers mois, cette campagne annonce un changement radical dans la manière dont de nombreux aménageurs conçoivent les véloroutes et voies vertes. Ces dernières ont vocation à supporter des déplacements utilitaires ou domicile-travail et doivent être aménagées aussi avec cet objectif. En particulier en milieu périurbain ou rural, où ce réseau pourrait être le cœur d’un « maillage vélo » reliant les territoires ! C’est là l’ambition de l’AF3V. « Forte de contacts nouveaux avec de futur.e.s élu.e.s, forte d’adhérents et de sympathisants nouveaux, forte de partenariats renforcés avec des associations avec lesquelles elle n’avait pas toujours l’habitude de travailler, l’AF3V suivra avec attention la gestion des dossiers « voies vertes » par les prochains exécutifs régionaux et départementaux. D’ailleurs un dossier spécifique est en préparation et leur sera adressé. » conclut Pierre Hémon. Les têtes de liste engagées par Région (à retrouver également sur voiesvertesvelotaf.af3v.org) Région Auvergne-Rhône-Alpes : Fabienne Grébert, Pôle écologiste ; Najat Vallaud-Belkacem, L’Alternative. Par ailleurs Laurent Wauquiez, La Région avec toutes ses forces (Président sortant) et Cécile Cukierman, Ensemble pour notre Région, nous ont répondu en faisant part de leur grand intérêt pour le vélo sans prendre position sur les 10 engagements.Région Bourgogne-Franche-Comté : Stéphanie Modde, Pôle écologisteRégion Bretagne : Pierre-Yves Cadalen, Bretagne Insoumise ; Loïg Chesnais-Girard, La Bretagne avec Loïg (Président sortant) ; Claire Desmares-Poirrier, Bretagne d’AvenirRégion Centre-Val de Loire : Charles Fournier, Un Nouveau Souffle ;Région Grand Est : Jean Rottner, Plus forts Ensemble (Président sortant)Région Hauts-de-France : Karima Delli, Pour le Climat, Pour l’Emploi ; Laurent Pietraszewski, Hauts-de-France UnisRégion Île-de-France : Julien Bayou, L’écologie Évidemment !Région Normandie : Mélanie Boulanger, La Normandie nous rassemble ; Laurent Bonnaterre, Normandie Terre d’Avenir nous a répondu mais ne valide pas formellement les 10 engagementsRégion Nouvelle-Aquitaine : Clémence Guetté, On est là ! ; Nicolas Thierry, Nos Terroirs Notre avenir ; Yves d’Amécourt pour Eddie Puyjalon, Mouvement de la Ruralité, Résistons ! avec Jean LassalleRégion Occitanie : Myriam Martin, Occitanie Populaire ; Carole Delga, Occitanie en Commun (présidente sortante) ; Antoine Maurice, L’Occitanie Naturellement ;Région Pays de la Loire : Guillaume Garot, Le Printemps des Pays de la LoireRégion Provence-Alpes-Côte d’Azur : Jean-Laurent Felizia, Pôle écologiste ; Thierry Mariani, Construisons la région de demain ; Jean-Marc Governatori, L’écologie au centre ; Hervé Guerrera, Oui la Provence ! Contact presse : Pierre Hémon - Vice-président de l’AF3V - Porte-parole de la campagne - 06 59 72 45 37 - phemon@af3v.org Sources photos : Julien Bayou [Wikipédia-CC], Laurent Bonnaterre [Twitter], Mélanie Boulanger [© archives Paris-Normandie], Pierre-Yves Cadalen [Wikipédia-CC], Loïg Chesnais-Girard [bretagne.bzh-DR], Cécile Cukierman [Wikipédia-CC], Carole Delga [Twitter], Karima Delli [Twitter], Claire Desmares-Poirrier [Twitter], Jean-Laurent Felizia [eelv.fr-DR], Charles Fournier [unnouveausouffle2021.fr-DR], Guillaume Garot [guillaumegarot2021.fr-DR], Jean-Marc Governatori [© Valery Hache / AFP], Fabienne Grébert [© Maxppp], Hervé Guerrera [DR], Clémence Guetté [DR], Thierry Mariani [Wikipédia-CC], Myriam Martin [La Dépêche], Antoine Maurice [Twitter], Stéphanie Modde [eelv.fr-DR], Laurent Pietraszewski [Wikipédia-CC], Eddie Puyjalon [Twitter], Jean Rottner [grandest.fr-DR], Nicolas Thierry [Twitter], Najat Vallaud-Belkacem [© Ministère de l'Education National], Laurent Wauquiez [Twitter].
Pierre HEMON | le 17/06/2021
LÉGISLATIF
Véloroutes et voies vertes : union inédite des associations
Communiqué de presse du 10 juin 2021 - Élections départementales et régionales des 20 et 27 juin 2021 France Nature Environnement, l’APF France handicap, la Fédération Française de Cyclotourisme ou encore Rue de l’Avenir : une dizaine d’associations, grandes et petites, ont rejoint la campagne « Voies vertes, en route pour le vélotaf ! » lancée au mois de mars par l’AF3V. A 10 jours du premier tour des élections régionales et départementales, c’est aujourd’hui une véritable union inédite qui s’est formée autour d’un objectif commun : faire des véloroutes et des voies vertes un levier pour le développement de la pratique du vélo dans les territoires. On fait le point. Courant mars, l’AF3V lançait sa campagne #VoiesVertesVélotaf. Cible visée : les candidats aux élections régionales et départementales. Objectif affiché : faire des véloroutes et voies vertes une composante essentielle du réseau cyclable dans les territoires pour le développement de la pratique du vélo.Douze semaines et plus de 4 500 soutiens individuels plus tard, un premier constat s’impose : l’appel de l’AF3V a rencontré un large écho, notamment dans le monde associatif. Une dizaine d’associations, d’ampleur nationale pour plusieurs d’entre elles, se sont agrégées à l’initiative et s’en sont fait le relais à leur niveau. Autre signe de l’ampleur de cette mobilisation, leurs domaines d’action sont très divers : promotion du vélo bien sûr, mais aussi défense de l’environnement, des mobilités actives, de l’inclusion et des personnes porteuses de handicap.Hétéroclite, cette union ? Bien au contraire : elle montre bien que l’aménagement des véloroutes et voies vertes est une vraie question d’intérêt général qui se place au coeur d’enjeux forts pour encourager une mobilité d’avenir, solidaire et écologique : développement des mobilités actives bien sûr, mais aussi lutte contre le réchauffement climatique, préservation de la biodiversité et inclusion sociale. Par exemple le choix d’un revêtement en enrobé plus écologique, contrairement aux idées reçues, que des stabilisés couramment utilisés, ou la suppression des dispositifs anti-accès motorisé très utilisés par les collectivités qui pénalisent plus les usagers que les contrevenants sont déterminants dans le développement de l’usage des voies vertes et montrent bien la cohérence d’une telle union. Pierre Hémon, Vice-président de l’AF3V, enfonce le clou : « L’avenir des véloroutes et des voies vertes, c’est une question d’aménagement du territoire cruciale, qui dépasse largement le petit monde du vélo. Nos partenaires ne s’y sont pas trompés. »Et demain ? Jusqu’aux élections départementales et régionales, qui démarrent le 20 juin, la campagne se poursuit. A 10 jours du premier tour une quinzaine de têtes de liste pour les élections régionales et plusieurs binômes dans les départements se sont engagées (la liste complète à retrouver ici). L'AF3V poursuivra son action après les élections en restant attentive aux engagements des futur.e.s élu.e.s pour s’assurer qu’ils et elles passent des paroles aux actes. Pour suivre et soutenir la campagne, la partager par mail ou sur les réseaux sociaux, une seule adresse : https://voiesvertesvelotaf.af3v.org
Sophie POUILLY | le 10/06/2021
    articles de 1 à 10     
Recevez toutes nos actualités et événements

AF3V

L'association française pour le développement des véloroutes et des voies vertes est une association d'usagers qui œuvre à la création d'un réseau ambitieux et cohérent d'aménagements sécurisés, accessibles et de qualité pour les déplacements en modes actifs sur l'ensemble du territoire français.

Contact

info@af3v.org

03 44 60 11 63

Copyright Ⓒ 2020 - Tous les droits sont réservés AF3V