Actualités

Accueil > Actualités
Trier par date de publication : croissante | décroissante
Trier par date de publication : |
ACTU VÉLO
Montpellier-Métropole : 8,5 km de voie ferrée désaffectée.
Belle initiative portée par Montpellier-Métropole : réaliser des pistes cyclables sur une ancienne voie ferrée d’intérêt local entre Sain-Jean-de-Védas et Fabrègues, deux communes en périphérie de Montpellier. En effet la ligne de chemin de fer Montpellier – Paulhan, exploitée pendant plus de 100 ans, mais inutilisée depuis 1970, va être pour partie transformée en voie verte. Crédit photo : Ville et Métropole de Montpellier Ce vendredi avait lieu l’inauguration du lancement du chantier. Opération éminemment intéressante et inédite mérite d’être connue largement. En effet la dépose (impressionnante) des rails en acier et le retraitement des traverses bois usagées sont entièrement financées par le recyclage des rails. Crédit :Ville et Métropole de Montpellier Crédit :Ville et Métropole de Montpellier Les aménagements prévus vont permettre de réaliser en grande partie 2 vélolignes inscrites au plan vélo de la Métropole (Montpellier La Condamine – Saint Jean de Védas et Montpellier 8 mai 1945 – Fabrègues). Ils permettront de desservir un collège, un lycée, deux cliniques, différentes zones d’emplois et plusieurs communes. Par ailleurs ils permettront d’offrir une alternative efficace à l’utilisation de la voiture lors des entrées pendulaires en provenance de l’ouest de la Métropole. A savoir : c’est grâce à une convention avec SNCF Réseau que la collectivité peut réutiliser cette ancienne voie ferrée afin de réaliser une infrastructure à destination des modes actifs. Bravo à eux et vivement l’inauguration !
Sophie POUILLY | le 21/11/2022
ACTU VÉLO
Bourgogne - Franche-Comté/Doubs : Inauguration d'un tronçon de l'EuroVelo 6 au pays de Montbéliard
Entre Colombier-Fontaine et Dampierre-sur-le-Doubs, la côte d’Etouvans est désormais gommée de l'itinéraire à vélo Nantes-Budapest. En effet, un nouveau tronçon au fil de l'eau, longeant le canal du Rhône au Rhin et le Doubs, aménagé ce printemps et mis en service dès le mois de juillet, vient d'être inauguré (12/11/2022) par la présidente du Conseil Départemental du Doubs, accompagnée du préfet du Doubs, du vice-président du Conseil Régional de Bourgogne Franche-Comté, délégué au tourisme, et du président de Pays de Montbéliard Agglomération. Ce sont 3,5 km de voie verte qui ont ainsi été créés, avec un bel ouvrage en encorbellement en accompagnement de la rivière au droit du franchissement d'une écluse. Le revêtement est en partie en béton bitumineux, et sur 800 m, au niveau d'une zone de captage des eaux, en enrobé clair sans liant hydrocarboné. Les travaux auront coûté près de 2,6 M d’€, avec un financement réparti comme suit : Département 1,5 M d’€, Région 254 000 €, État 538 000 € Europe 293 000 €. Cet aménagement est une bonne nouvelle, qui va pouvoir faciliter les déplacements à vélo, tant pour les cyclo voyageurs, de plus en plus nombreux, que pour les vélo tafeurs, dont on voudrait voir augmenter le nombre. Voilà 3,5 km d'une voie modes doux sécurisée qui ne pourront que les encourager !
Sophie POUILLY | le 21/11/2022
ACTU VÉLO
Occitanie/Gard : Etat des lieux des déplacements doux
De notre délégué départemental du Gard, Jean-Louis Mantes - Association Croco Vélo Le réseau se développe autour de nous et offre de nouvelles perspectives à venir de la part de maîtres d’ouvrage comme les communes (Remoulins par exemple), les communautés de communes (Beaucaire Terre d’Argence...), les agglomérations (Nîmes métropole…), les départements (le Gard…)  En même temps, ce mille-feuille administratif fait apparaître de nouvelles inflexions dans les priorités, soutenues ou pas par la région Occitanie.  La ville de Remoulins  C’est l’une des petites communes les plus actives dans l’élaboration en cours d’un plan de déplacements qui peut se heurter aux habitudes de certains automobilistes et où nous tentons d’augmenter la part des déplacements doux avec en ligne de mire la continuité à Lafoux de l’axe Beaucaire / Uzès, la traversée du Gardon et l’ancrage du pôle multimodal avec le retour du train. LA CARTE  Les communautés de communes Beaucaire Terre d’Argence et Cèze / Cévennes  La première s’est investie aux côtés du département dans la réalisation de la ViaRhôna entre Beaucaire et Bellegarde et s’apprête à agir de même dans le cadre de la deuxième branche de cet itinéraire entre Beaucaire et Fourques.   LA CARTE. On attend aussi son implication dans la Via Domitia (voir plus loin).   Dans le cadre de la restructuration de l’ilot Aillaud à Beaucaire des propositions ont été faites, auprès de la communauté de communes notamment par l’Association « Uzège-Pont-du-Gard durable » afin de mettre au service des cyclistes une partie de cet espace situé à proximité immédiate de la ViaRhôna.  Nîmes-Métropole  Un nouvel élan est constaté depuis la rencontre entre son Président et l’AF3V lors de l’inauguration de la boucle des garrigues où un plan vélo a été dévoilé. Nous disposons d’interlocuteurs techniques et touristiques avec lesquels les projets de dévoilent et s’amendent. Ainsi, outre la continuité cycliste sur les nouvelles voies des trambus qui posent encore problème, de nouveaux projets se dessinent, en lien pour certains avec le département afin de voir prochainement le jour :  La piste cyclable Nîmes / Bouillargues en bordure de la D 6113 : LA CARTE  La voie verte du Vistre de la Fontaine et du Vistre de Nîmes à Aubord : LA CARTE  Serait-ce la fin du projet Cap Costières / La Bastide ?  La voie verte ou piste cyclable  de Caveirac à Nîmes en prolongement de la Vaunage : LA CARTE  Le projet d’une Via Domitia entre Beaucaire / Bellegarde et Uchaud suit son chemin pavé de bonnes intentions…  Le département du Gard  Outre une partie des projets ci-dessus évoqués, nous voyons que le département infléchit sa politique de voies vertes « pleine nature » pour s’orienter vers des pistes cyclables en bordure de routes fréquentées notamment en appui de Nîmes-Métropole et au bénéfice de subventions régionales qui ne ciblent pas les aménagements sur voie partagée.  Une actualisation du schéma vélo sous forme de l’élaboration d’un schéma des mobilités, n’a fait l’objet que d’une présentation des techniciens aux associations cyclistes en juin 2022 et est restée sans suite connue à ce jour.  Le Triangle Anduze / Quissac / Cardet et Saint Hippolyte-du-Fort / Ganges  L’ouest du département du Gard va être incessamment pourvu d’un réseau important et continu de voies vertes avec l’achèvement prochain du Triangle Anduze / Quissac / Cardet (23 km). LA CARTE  La jonction entre la voie verte Sumène / Ganges et celle qui mène à Quissac par Saint-Hippolyte-du-Fort sur 12 km soit 32 kilomètres en continu sera aussi effective dans quelque mois.  LA CARTE.  Et d’autres encore, comme :  La liaison de Lunel à la mer  Cet itinéraire a été récemment recartographié (LA CARTE) et fait l’objet désormais d’un DESCRIPTIF où vous pourrez déposer avis et photos.  Il subsiste néanmoins de nombreuses difficultés que nos associations locales ou nationales ne sont pas encore parvenues à résoudre par le dialogue :  Le passage « SANOFI » de la ViaRhona à Aramon  Deux kilomètres de ViaRhona achevés depuis plusieurs années ne sont toujours pas en service. Le passage sous la D 402 (culée ouest du pont d’Aramon) est entravé par un ouvrage à déplacer. Une voie provisoire pas totalement satisfaisante en termes de viabilité assure le lien. L ’AF3V et l’association locale ont obtenu rendez-vous avec le directeur de l’Usine SANOFI impliquée. LA CARTE  La traversée du site du Pont-du-Gard et Lafoux  Nos relations avec l’établissement public de coopération culturelle ont connu des hauts et des bas depuis près de 10 ans mais la continuité de la traversée de la voie verte Uzès / Beaucaire n’est toujours pas assurée de manière satisfaisante. LA CARTE.  J’en oublie, mais je compte sur vous pour me signaler tout ce qui évolue autour de nous  Si ce n’est déjà fait rejoignez nos associations locales ou nationales pour faire avancer plus vite ces aménagements, en concertation avec les maîtres d’ouvrage. 
Sophie POUILLY | le 21/11/2022
ACTU VÉLO
GRAND-EST/Aube : Encore des actions pour la Seine-a-Vélo
Notre délégué départemental, Christian Jacob, porte avec quelques adhérents aubois de l'AF3V, un projet fort intéressant. Il s’agit de chercher les possibilités de raccorder la ville de Romilly à la véloroute V33 qui passe à 4 km de cette ville sans la desservir. Or Romilly est, après Troyes, la deuxième ville de l'Aube par sa population, c’est un pôle d'emploi important (comprenant une industrie du cycle). Enfin, Romilly dispose d’une gare SNCF bien desservie sur la ligne Paris – Troyes, avec des trains qui acceptent de transporter les cyclistes avec leur vélo. Rappelons que la Véloroute V 33, doit relier Troyes au Havre et à Deauville en passant par Paris. Dans les départements de l’Aube et de la Marne, elle est entièrement réalisée entre Troyes et Crancey. Le prolongement de Crancey à Nogent-sur-Marne entrera bientôt dans la phase travaux. L’Association Française des Véloroutes et Voies Vertes (AF3V) se félicite de la qualité de cette réalisation, qui rencontre un vif succès auprès des cyclotouristes. Mais, en même temps, elle regrette que, dans sa configuration actuelle, la V33 ne contribue pas à la pratique quotidienne du déplacement à vélo dans Romilly. Elle regrette aussi que la V33 ne soit pas raccordée à la gare de Romilly. Notre délégué a élaboré un ensemble de propositions de terrain, très précises, que les collectivités locales et départementales pourraient prendre en considération pour réaliser ce projet. Consulter le programme.
Sophie POUILLY | le 21/11/2022
ACTU VÉLO
Bretagne/Ille-et-Vilaine : Traversée du barrage de Rance dangereuse pour les cyclistes
En Ille et Vilaine, notre délégué Jean-Pierre Rousseau accompagné de son association « A Vélo Malo » et de « Dinard Emeraude à vélo » a lancé une action visant à permettre aux vélos la traversée du barrage de la Rance de façon sécuritaire. En théorie, les cyclistes pourraient traverser l’estuaire de la Rance en bateau (il y a ou il y avait une navette entre Dinard et St Malo) mais, comme le rappelle J-P Rousseau, il s’agit d’un itinéraire européen qui sert aussi pour le vélo du quotidien. Les cyclistes doivent pouvoir emprunter la voie routière du barrage sur la Rance (d’où l’on profite de paysages magnifiques) sans risquer leur vie. La réponse des autorités est pour le moment peu satisfaisante, en dépit des apparences. Elles proposent l’abandon de l’aménagement de la route qui passe sur le barrage, aménagement qui prendrait en compte les cyclistes d’une part, les randonneurs et piétons d’autre part. A sa place on construirait une passerelle pour les piétons et les cyclistes. A Vélo Malo et Dinard Emeraude à vélo dénoncent ce projet : une passerelle, si tant est qu’il y ait accord et autorisation pour la construire, ne pourrait être réalisée rapidement, or il y a urgence à sécuriser la route du barrage où un cycliste a trouvé la mort en 2021. Par ailleurs, la sécurisation de la route afin de la rendre accessible aux cyclistes était déjà en 2015 le choix des élus du département. On ne s’explique donc pas ce changement de projet où le mieux semble l’ennemi du bien. Voir article de presse Ouest France : https://www.ouest-france.fr/bretagne/dinard-35800/barrage-de-la-rance/saint-malo-franchir-le-barrage-de-la-rance-a-velo-et-en-securite-c-est-pour-quand-661ebf14-3e3f-11ec-8764-2050936eeb37
Sophie POUILLY | le 21/11/2022
ACTU VÉLO
AURA/Isère :Les points noirs ont (presque) disparu entre Saint-Romain-en-Jalionas et Jons !
Dans le nord du département de l'Isère, les aménagements de ViaRhôna attendus depuis au moins dix ans sont ouverts depuis l'été 2022 avec de belles surprises mais aussi quelques déceptions. (Photo avant après) Avant Après En parcourant ViaRhôna en direction de Lyon, nombreux d'entre nous se sont retrouvés sur une route à fort trafic avec des camions qui vous frôlent ou au milieu des bois sur un chemin blanc un peu trop caillouteux. Souvenir d'aventuriers ou de galère. L'aménagement dans ce secteur était attendu depuis plus de 10 ans, ce qui a décidé le département de l'Isère à prendre en charge le projet. Entre Saint-Romain-de-Jalionas et Jons alternent les routes à fort trafic, des chemins ruraux, des zones pavillonnaires, des zones artisanales et industrielles de petite taille, des cultures et un peu d'élevage. Plusieurs bourgs proposent des commerces et restaurants, points d'eau et toilettes, tables de pique-nique, aires de jeu pour enfant et sportives (BMX, musculation). Vous comprendrez que trouver un itinéraire au milieu de ce puzzle qui convienne aux riverains de zones denses et aux agriculteurs n'a pas été facile. Si 18 km d'itinéraire au total ont été balisés sur des routes et chemins existants entre Saint Romain et Jons, le nouvel aménagement d'une dizaine de km mis en œuvre cet été 2022 entre Chavanoz et Anthon, comprend deux portions en site propre et revêtement lisse. Il traverse des zones agricoles et forestières apportant un charme indéniable au parcours ; il est situé légèrement en hauteur, suffisamment pour bénéficier de plus de vue. Vous y rencontrerez des chevaux, des vaches sur un fond de décor de champs, d'une centrale nucléaire (Saint Vulbas ou centrale du Bugey) ou d'avions de l'aéroport de Saint Exupéry tout proche. Seul un tronçon de 250 mètres a été traité en revêtement rugueux à proximité d'un club équestre. Le partage de la voie avec les engins agricoles va faire naitre le besoin d'un entretien périodique du revêtement. (photo :décor, tronçon mixte rugueux / lisse, partage espace) Les carrefours avec des routes dangereuses pour les cyclistes ont été traités avec attention avec notamment un bel exemple au nord de Chavanoz pour traverser la D55 à fort trafic de camions. La route d'accès est à présent en sens unique avec un contresens cyclable ; un feu permet aux cyclistes et tout autre usager de cette voie, de traverser la route en sécurité pour rejoindre la portion de voie verte de l'autre côté de la route. L'ensemble de l'itinéraire est abondamment balisé ainsi que les commerces et autres services; cependant ce fléchage vertical (panneau) et horizontal (peinture au sol) est fragile et encore insuffisant. Des panneaux ont déjà disparu ou ont été orientés dans un mauvais sens, ce qui complique la vie des usagers de ViaRhôna. L'AF3V recommande de doubler systématiquement le balisage par panneau par un fléchage au sol, comme celui de Chavanoz sur lequel est inscrit en plus le nom de la véloroute EV17. Ces fléchages au sol ont également l'avantage de prévenir l'automobiliste que potentiellement il peut rencontrer des cyclistes et avoir à partager la route. Nous exprimons à ce stade de l'aménagement quelques regrets : l'itinéraire est éloigné du Rhône et n'invite pas à traverser les quelques éléments de patrimoine comme le pont piétons sur la Bourbre à Anthon et le chemin du bord du Rhône, belvédère sur la confluence de l'Ain et du Rhône d'une qualité paysagère remarquable classé en zone Natura 2000, avec son coin pique-nique et l'espace du stade des Eaux Vives. L'itinéraire près de Jons se détourne également de la chapelle de la Rencontre. Le cycliste ou le roller de passage ne mérite-t-il pas de découvrir ces richesses patrimoniales ? Par expérience, nous savons heureusement qu'un itinéraire peut varier avec le temps pour plus de sécurité et d'intérêt touristique. En attendant, référez-vous au panneau d'informations touristiques sur le parking à Jons. Tout semble donc magnifique pour rejoindre Lyon en sécurité depuis Saint-Romain-de-Jalionas . Pas tout à fait, car un tronçon n'a pas encore fait l'objet d'une amélioration : un point noir sur 500 mètres au niveau de la commune de Saint-Romain-de-Jalionas, sur la route de Loyettes entre le giratoire D18/D18a et le pont sur la Girine à l'entrée de Chavanoz. Les cyclistes peuvent au départ emprunter une surlargeur sur le bas côté, espace qu'ils ont à partager avec d'éventuels véhicules qui ont la possibilité de s'y garer … Ce qui signifie que les cyclistes doivent alors circuler sur la route au milieu des camions et voitures, nombreux en semaine. Ensuite il n'y a plus de surlargeur avant d'atteindre enfin une bande cyclable. Au final, c'est bien la continuité de ViaRhôna que nous attendions depuis bien longtemps qui est assurée, actuellement plus ou moins sécurisée. L'itinéraire n'est pas totalement plat et les rollers qui acceptent des petites côtes pourront apprécier le parcours, excepté les 250 m de revêtement rugueux dans le bois de Rugaud. En outre ce parcours dans les parties voies vertes en site propre est intéressant pour les vélotafeurs et pour se rendre d'un bourg à l'autre (Loyettes, Chavanoz, Anthon, Villette d'Anthon, Jons) mais aussi pour rejoindre au départ de Loyettes par une piste cyclable sécurisées le Parc Industriel de la Plaine de l'Ain à Saint Vulbas et ses 8000 emplois. Nous vous invitons à aller emprunter cet aménagement qui devrait assez vite devenir très fréquenté pour rejoindre Lyon en roulant une vingtaine de km de plus. Texte et photo : Catherine BONNE, correspondante AF3V pour Rhône-Alpes.
Sophie POUILLY | le 21/11/2022
ACTU VÉLO
Interview de Pierre Hémon, président de l'AF3V, par le magazine allemand Stern
Monsieur Hémon, comment avez-vous eu l’idée pour la véloroute commémorative (c'est à dire tourisme mémoriel à vélo) ? Je suis profondément européen. Une visite à l’Ossuaire de Douaumont il y a quelques années m’a bien sûr ému. Être sur le lieu où en 1984 Helmut Kohl et François Mitterrand se sont tenu par la main, scellant ainsi une réconciliation a provoqué chez moi des questions. En effet, aucun autre geste fort n’a réellement eu lieu depuis ce moment. Au-delà d’une réconciliation c’est à une mémoire partagée qu’il faut travailler, à une transmission commune à nos enfants, aux générations futures européennes. J’ai pensé qu’il faudrait un projet qui soit un « intégrateur européen » pour notre jeunesse, afin qu’elle puisse s’emparer de cette mémoire. Ma passion pour le vélo, l’itinérance, le slow tourisme m’a permis de cheminer avec mes amis de l’AF3V (Association française pour le développement des véloroutes et des voies vertes) vers ce projet, qui valorise mémoire, protection du climat, amitié entre les peuples. Qu’est-qui le caractère unique de ce projet – quelle différence entre la Via Pax et les véloroutes normales ? La Via Pax « des Vosges à la mer du Nord » est certes un itinéraire touristique qui permet de découvrir des lieux, des paysages, des modes de vie, mais c’est aussi un itinéraire mémoriel, culturel, européen, doté d’une colonne vertébrale, la mémoire que nous voulons partagée, de cette terrible période. Cela pourrait être un lieu, un parcours de découverte, de mémoire, de réflexion, remarquable pour la jeunesse européenne (allemande, française, mais aussi belge, néerlandaise luxembourgeoise, britannique) et au-delà puisque cette guerre fut réellement mondiale. Un parcours de Paix, de construction de la paix, qui on le voit bien aujourd’hui est constamment menacée. De même qu’il existe un itinéraire cyclable le long du « rideau de fer » qui a séparé l’Allemagne pendant près de trente années et a une fonction je pense de mémoire mais aussi réflexion, de réconciliation, de reconstruction d’un sentiment national, la Via Pax participerait de la construction d’un sentiment européen, qui demande de constants efforts. La route longe des lieux de mémoire importantes comme Verdun, Compiègne ou la Marne. Aujourd’hui, on peut toujours y voir quelque chose de la 1ere guerre mondiale ? Outre les cimetières et monuments commémoratifs, qui sont parfois très émouvants, oui les territoires traversés portent encore traces et stigmates de cette guerre. Des vestiges de casemates bien sûr, d’hôpitaux souterrains, d’abreuvoirs à chevaux, des « entonnoirs » formés par les explosions d’obus. Et beaucoup de lieux d’expositions, de musées locaux. Comment ca pourrait fonctionner – faire du vélo et en parallèle se rappeler du passé douloureux ? Faire du vélo est agréable, les régions traversées regorgent de ressources touristiques et gastronomiques. Donc on peut associer le plaisir du voyage à vélo à une thématique forte.  Aujourd’hui les technologies existantes permettraient qu’en arrivant devant un site, on puisse via son smartphone découvrir des images, voire des films d’archives, des explications donnant sens à ce que l’on voit, expliquant ce qui existe à proximité. Irgendwie erinnert Ihr Projekt an ein Überraschungsei – drei Dinge auf einmal: Gedenken, Klimaschutz und Völkerverständigung. Ist das nicht ein bisschen zu ehrgeizig? Votre projet contient trois choses en un seul temps: mémoire, protection du climat, amitié enter peuples… N’est-ce pas assez ambitieux? A quoi cela servirait-il de travailler sur la mémoire, sans travailler sur l’avenir ? L’amitié entre les peuples ne prend sens, ne se construit que sur un projet partagé qui soit fédérateur. Quel projet mieux que la protection du climat pourrait fédérer ? En effet la défense de la planète ne peut se combiner avec des égoïsmes nationaux. Sans mémoire, sans connaissance de leur histoire commune, y compris conflictuelle bien sûr, qui pourrait construire un projet. La mémoire partagée et commune est le socle d’un possible avenir commun apaisé. Pour votre projet les alliées d’autrefois se sont mis ensemble de nouveau: Britanniques, Belges et Français. Mais pas les Allemands. Pourquoi les Allemands ne s’intéressent pas pour la véloroute de Mémoire? Je ne suis pas certain que les Allemands ne s’intéressent pas à la Via Pax. Peut-être ne sont-ils pas assez au courant de ce projet qui de fait se déroule essentiellement sur le territoire français. Il nous faut développer la communication dans leur direction. Leur participation est essentielle. Ce projet n’aurait pas de sens sans eux, c’est pour nous une évidence. Quel importance, que les Allemands participant au projet ? Acteurs essentiels de cette 1ère guerre mondiale, acteurs essentiels de la construction européenne, leur participation est bien évidemment indispensable ! Qu’est-ce qu’il faut pour que le projet puisse prendre encore plus de souffle ? Le faire connaître plus largement (et l’intérêt que vous y portez en nous interviewant y participe, merci). Développer les liens avec les associations et institutions allemandes et européennes. Et bien sûr, il faut des moyens financiers et humains. Nous en manquons cruellement. Nous espérons que des fondations, que des groupes privés trouveront intérêt à soutenir cette initiative. Et surtout nous pensons que ce projet d’intégration européenne, devrait trouver soutien fort auprès de l’Union Européenne dont nous espérons qu’elle participera au financement. Mais il est plus facile de se promener à vélo sur des itinéraires complexes que de s’y retrouver dans les méandres de l’administration européenne. Quand est-ce qu‘on va voir les premiers cyclistes faisant la route de la Mer du Nord jusqu’à la frontière Suisse ? Il faut dire que cet itinéraire ne naît pas de rien. Sur les 1000 km qui part de la frontière suisse traverse tout l’Est et le Nord de la France avant de rejoindre la Mer du Nord à travers principalement la Wallonie, nombre de véloroutes et de voies vertes déjà existantes s’intègrent naturellement à l’itinéraire. La question principale reste sans doute, au-delà d’aménagements ponctuels, le jalonnement et la signalétique. Deux trois années pourraient suffire. Nous disposons déjà d’un tracé provisoire, beaucoup de collectivités françaises sont intéressées. Reste à trouver le liant pour que cela prenne. Nous sommes confiants, surtout si nos amis allemands y participent ! Traduit de l'allemand en français à partir de la page source : https://www.stern.de/gesellschaft/radweg--via-pax---pierre-h%C3%A9mon-ueber-ein-europaeisches-projekt-32855658.html?cc_bust=7901680 Toutes les informations sur le projet Via Pax
Sophie POUILLY | le 21/11/2022
    articles de 1 à 10     
Recevez toutes nos actualités et événements

AF3V

L'association française pour le développement des véloroutes et des voies vertes est une association d'usagers qui œuvre à la création d'un réseau ambitieux et cohérent d'aménagements sécurisés, accessibles et de qualité pour les déplacements en modes actifs sur l'ensemble du territoire français.

Contact

info@af3v.org

03 44 60 11 63

Copyright Ⓒ 2020 - Tous les droits sont réservés AF3V