Actualités

Accueil > Actualités
Trier par date de publication : croissante | décroissante
Trier par date de publication : |
ACTU VÉLO
La FFCT… Une histoire cyclo-touristique
Martine CANO, présidente de la FFCT Martine Cano, présidente de la FFCT , et Dominique Lamouller, vice-président, reviennent sur le rôle historique de la Fédération Française de Cyclotourisme dans la promotion des véloroutes, concept qui a préexisté aux voies vertes et à la création de l'AF3V. La FFCT (Fédération Française de Cyclotourisme) célèbre bientôt son centenaire. Présentez-nous son histoire ! La FFCT a été créée officiellement en 1923, mais en réalité elle existait déjà depuis les années 1890 au sein du Touring Club de France (TCF). Celui-ci était alors la seule association nationale représentative du cyclotourisme. Au fil des années, le TCF se tournant de plus en plus vers le tourisme au sens large, notamment automobile, et s’intéressant moins au cyclotourisme, des clubs autonomes continuèrent à voir le jour à l’image de notre Fédération. Il s’agit d’un passage historique important qui renvoie à la création d’un mouvement autonome du cyclotourisme. A qui s’adresse la FFCT ? A tous les amoureux du voyage à vélo, quelle que soit leur pratique du moment qu’elle n’est pas compétitive. Elle réunit aussi bien les promeneurs qui vont faire une balade dominicale que les voyageurs, randonneurs au long cours qui traversent la France ou partent à l’étranger. A quel moment commence-t-on à évoquer les voies aménagées ? Le terme de véloroute apparaît dans les années 1980 et celui de voie verte quelques années après. La voie verte trouve ses racines dans la « politique du vélo », pilotée par le comité national de suivi de la politique du vélo. Parmi les dossiers menés, un comité interministériel d’aménagement et de développement du territoire adopte le 15 décembre 1998 un premier « schéma national des itinéraires cyclables prioritaires ». Au niveau de la FFCT, il faut remonter quasiment dans les années 70. A cette époque, le président Jacques Vicart, alors ingénieur de la direction de l’équipement, avait déjà commencé à développer la notion de voies aménagées. Certes, on ne parlait pas encore de voies vertes mais de zones de pratiques vertes et il avait engagé une action, notamment dans les Landes, pour aménager des pistes. Il a rédigé en 1972 un « essai sur le cyclotourisme en France » où il parle, entre autres des bandes cyclables, nommées « surlargeurs » (terme technique d’aujourd’hui : bande dérasée multifonctionnelle). Dans le chapitre 6 : Notre droit à la route, il pointe un certain nombre d’éléments qui sont encore d’actualité . Citons par exemple : la création de structures d’accueil des cyclistes sur ces itinéraires spécifiquesla réutilisation des empreintes de voies ferrées désaffectées, des chemins de halage des voies navigables de Francela création du concept de véloroute qui a ensuite évolué pour aboutir aux parcours actuelsla distance de sécurité suggérée aux automobilistes (1 m-1,50m) pour dépasser en sécurité un cycliste (dessin de Jacques Faizant). En parcourant cet ouvrage, on note que le souci de sécurité n’est pas nouveau ! Un autre opuscule spécifique sur la sécurité est publié par Jacques Vicart en 1992. Les véloroutes, voies vertes et routes à faible circulation n’étaient pas encore balisées mais l’idée d’avoir une continuité dans les itinéraires était bien présente. Son successeur Marc Dobise et d’autres membres du comité directeur, sensibles à ce élaborent, élaborent ensuite une grande traversée de la France qui part du Nord au Sud et de l’Est à l’Ouest… Sans le savoir, ils ont été à l’initiative des voies vertes en encourageant l’idée que les cyclotouristes puissent se déplacer facilement sur les itinéraires en considérant les dénivelés. Les Français et les touristes étrangers, venant surtout d’Europe, ont ainsi pu commencer à traverser plus aisément la France pour se rendre dans des points de villégiature. Puis, comme toutes les associations et fédérations, la Fédération a vécu des changements de président, a souffert du manque de bénévoles, de compétences et d’énergie pour soutenir ce travail important. A partir des années 90 jusqu’en 2000, d’autres associations ont commencé à naître autour de la FFCT comme l’AF3V en 1997. Le canal de Briare En effet, d’autres personnes se sont mobilisées autour de ce dossier dans le but d’utiliser les réseaux existants pour favoriser la pratique du vélo, notamment autour des canaux, et opérer un rapprochement avec la SNCF (toujours au cœur des discussions !). Chacune de ces initiatives étant guidée par le souhait de se mobiliser pour rendre accessible la pratique du vélo ! La France est un pays aux reliefs variés où il n’est pas toujours évident de pédaler ! L’idée est bien d’identifier des réseaux pour engager des aménagements au fil des années. Ainsi, aujourd’hui ce sont environ 20 000 km qui sont balisés, et la dynamique se poursuit ! La FFCT n’a pas réalisé ce genre de développement, c’est donc l’AF3V (Association Française pour le développement des Véloroutes et des Voies Vertes) qui porte ce projet visant à faciliter le voyage et la pratique de la petite reine. L’amélioration du réseau et son développement sont toujours bien d’actualité. Même si beaucoup de progrès sont à noter ces dernières années, la marge de progression reste très grande ! Aujourd’hui, quelles passerelles existent entre la FFCT et l’AF3V ? Elles sont variables suivant les régions dans la mesure où dans certains territoires, les bénévoles sont très engagés, travaillent à l’élaboration de circuits en reconnaissant et proposant des aménagements. Selon les régions, des comités sont plus actifs que d’autres car leurs territoires sont traversés par des voies vertes. Au moment de l’élaboration, des liens se mettent en place entre les personnes qui connaissent bien le terrain et peuvent proposer une continuité entre les itinéraires. N’oublions pas qu’un des principaux freins au voyage est justement ce manque de continuité entre les itinéraires… Nous avons des bénévoles dans nos structures qui sont en lien avec les délégués départementaux et régionaux de l’AF3V. Les itinéraires sont ainsi souvent le fruit d’un travail commun. Il est important de collaborer dans les différentes phases d’un projet notamment sur la préparation et promotion. Il faut encourager la collaboration entre les pratiquants, quelle que soit leur origine : AF3V, FFCT, touristes « lambdas » qui ne sont pas forcément adhérent d’une association. Tous se rejoignent autour de cette envie d’améliorer l’existant, de considérer les problématiques telles que la multiplication des chicanes qui peuvent être décourageantes lorsqu’on circule avec un tandem ou une remorque, voire source de danger. Quelquefois, celles-ci vont même d’ailleurs à l’encontre du projet initial. Nous sommes nombreux à aller voir l’existant chez nos voisins chez qui on ne retrouve pas ce type de problème le long des voies vertes… En 2001, vous avez fondé le comité de promotion du vélo qui a œuvré jusqu’en 2016. Les adhérents de l’AF3V, la FFCT et les départements cyclables sont les membres fondateurs de l’AF3V telle qu’elle existe aujourd’hui. Notre objectif ? Créer une structure permettant de se focaliser sur le développement des voies vertes. Il y a eu une période assez riche d’échanges les huit premières années puis comme souvent le manque de disponibilité des bénévoles ou les rapports entre présidences ont eu raison de la dynamique engagée. Ce comité de promotion du vélo, qui a ensuite vu le jour, regroupe toutes les associations : la FUB (Fédération des Usagers de la Bicyclette), les départements cyclables, la FFCT, l’AF3V, UFOLEP (Union française des œuvres laïques d'éducation physique) et les Auberges de Jeunesse. Ensemble, nous avons imaginé La fête du vélo qui s’est tenue chaque année entre 2000 et 2019, remplacée à présent par l’événement Mai à vélo. Au sein de ce comité, nous travaillons sur les sujets du développement du vélo en France. Celui-ci a par exemple été initiateur de la création de la mission du délégué interministériel à la politique du vélo auprès du gouvernement. Un poste a été créé sous le 1er ministre Dominique de Villepin et occupé par Hubert Peigné de 2006 à 2011. Et depuis ? Ensuite, ce comité a été dissout et les actions communes mises en stand-by. Nous redémarrons depuis quelques mois des dossiers ensemble. Par exemple : une campagne de plaidoyer visant une meilleure prise en compte des déplacements doux, en amont des élections départementales et régionales, notamment sur l’intermodalité. L’enjeu ? Que prendre le train pour rejoindre un itinéraire balisé ne soit plus synonyme de parcours du combattant ! L’aspect sécurité reste prioritaire également sur les routes en parallèle des voies vertes pour profiter sereinement des pépites : visite de villes, étape dans les sites touristiques… Tout en prônant le respect auto-vélo avec des actions de sensibilisation en collaboration avec la sécurité routière. En savoir plus : veloenfrance.fr : circuits, grands itinéraires et tourisme à vélo Bienvenue aux Quatre vents ! - Les Quatre vents (4vents-auvergne.com)
Sophie POUILLY | le 28/07/2021
ACTU VÉLO
Nouveau sur la ViaRhôna : 2 trains à accès garanti aux vélos sur réservation.
Bonne nouvelle pour les cyclistes (notamment les groupes) qui vont parcourir la ViaRhôna cet été. Pour partir ou revenir en train entre Avignon et Lyon, un accès garanti le week-end, leur sera possible à bord de deux TER équipés de 25 places dédiées. Ce dispositif d'emport, engagé à titre expérimental et incluant du personnel d’accueil est proposé tous les samedis, dimanches et jours fériés, entre le 03/07/2021 au 19/09/2021. Ces deux TER sont accessibles aux vélos uniquement sur réservation (supplément de 3 € de réservation par vélo). L’accès aux vélos sans réservation à bord de ces trains n’est pas autorisé. En vente sur le site TER Auvergne-Rhône-Alpes. Voir les horaires et les informations utiles pour organiser son voyage sur le dépliant « Bien voyager à vélo avec TER sur la vallée du Rhône »  sur lequel figurent les gares desservies mais aussi des renseignements sur le calendrier des heures d'affluence sur les autres TER acceptant les vélos sans supplément de prix mais qu'il est préférable de privilégier aux heures las plus creuses. En effet, lorsqu'il y a une affluence modérée de voyageurs, des places vélos sont généralement disponibles. Rappel : Expérimentation Bus + Vélo en bout de ViaRhôna Arrivés à Port-Saint-Louis-du-Rhône, l'une des deux extrémités méridionales de la ViaRhôna / EuroVelo 17, les cyclistes peuvent, depuis le 8 juin 2020, transporter leurs vélos à bord des autocars de deux lignes du réseau Ulysse / La Métropole Mobilité. Huit cars, circulant sur la ligne 1 (Miramas – Istres – Fos-sur-Mer - Port-Saint-Louis-du-Rhône) et la ligne 2 (Martigues – Port-de-Bouc – Fos-sur-Mer – Port-Saint-Louis-du-Rhône) ont été équipés de 2 portes vélos monoblocs à l'intérieur du véhicule, pouvant emporter chacun 2 à 3 vélos (en fonction de la taille du vélo). Grâce à ce service expérimental, les utilisateurs de la ViaRhôna, véloroute dont l'une des extrémités est Port-Saint-Louis-du-Rhône (ville non desservie par le train) pourront rejoindre les gares TER d'Istres, Fos-sur-Mer, Port-de-Bouc ou Martigues situées sur la ligne Marseille – Miramas par la Côte Bleue mais aussi la gare de Miramas située sur un nœud de réseau ferroviaire et desservie par les trains en provenance du sud-ouest et de Marseille, Avignon, Arles, Lyon et Paris. Les itinérants à vélo pourront aussi éviter la traversée, sans aménagements cyclables, de la Zone Industrielle de Fos pour poursuivre leur randonnée vers l'est du département des Bouches-du-Rhône. Voir l'article de l'AF3V Téléchargements des fiches horaires des lignes 1 et 2 (véhicules offrant le service signalé par un pictogramme vélo) Alain MICHEL, délégué AF3V pour la région SUD
Sophie POUILLY | le 17/06/2021
ACTU VÉLO
Vélo des villes et vélo des champs : véloroutes, voies vertes et Réseau express vélo
Débat le samedi 29 mai 2021 en visioconférence, sur inscription. Après les véloroutes et les voies vertes, voici un nouveau type d’infrastructure cyclable : le réseau express vélo. Les premières étaient plutôt tournées vers les loisirs et les voyages à vélo, ce dernier est plus orienté vers le vélotaf et tous les déplacements quotidiens. Coulée verte - sud de Paris Alors comment vont s’articuler ces différents concepts et ces axes cyclables tous autant structurants?La réponse pourrait-elle venir du canal de l’Ourcq ? Construit pour le loisir de proximité, il s’est déployé avec la Scandibérique vers le voyage à vélo à longue distance tout en accueillant de plus en plus de vélotafeurs. C’est ce que nous examinerons en premier avec Frédéric Héran en partant d’une étude réalisée il y a 25 ans et en suivant tout ce qui s’est passé depuis.Nous revisiterons avec Benoît Carroué (délégué AF3V) les concepts de véloroutes (et euro-véloroutes) et de voies vertes, leurs différences, leurs objectifs, leurs atouts et comment ils évolueront avec le réseau express.Avec Vincent Degove, nous ferons le chemin inverse en partant du projet de réseau vélo express, ses objectifs, les moyens pour les atteindre et comment ils se développeront de concert avec les véloroutes. Ce débat a pour but de confronter des projets différents mais qui ne doivent surtout pas se construire de manière parallèle, en silo chacun dans ses cases. Les buts convergent pour construire des infrastructures cyclables et que le vélo devienne un mode majeur de déplacement. Le programme : 14 h : le point sur les randos (Paris-Senlis-Meaux, Toulouse-Namur et celle pour les ados et enfants Nantes-Tours)14 h 15 : La piste du canal de l’Ourcq, vélo loisir et vélo quotidien, 25 ans d’évolution. Avec Frédéric Héran, économiste des transports et urbaniste à l’Université de Lille et débat15 h 15 : véloroutes, voies vertes et Réseau express vélo : comment ces différents réseaux se complètent et se connectent avec Benoît Carroué de l’AF3V et débat16 h 15 : Le Réseau express vélo, ses objectifs, ses critères de réalisation et la connexion avec le réseau des véloroutes et voies vertes. Avec Vincent Degove, porte-parole de Vélo Ile-de-France et débat17 h 15 : on arrête Pour avoir le lien pour participer à la visioconférence : eurovelo3@free.fr
Sophie POUILLY | le 26/05/2021
ACTU VÉLO
Mai à vélo, ça commence !
Communiqué de presse du 29 avril 2021 Pour sa première édition, Mai à Vélo vous propose un programme de plus de 700 évènements repartis dans toute la France du 1er mai au 30 juin. Profitez de ces deux mois pour découvrir ou redécouvrir les bienfaits du vélo et l’adopter… pour la vie. Rendez-vous sur www.maiavelo.fr Qui coordonne Mai à vélo ?Au cœur de ce programme, deux ministères et onze institutions majeures du monde du vélo se sont réunies avec pour objectif de promouvoir et célébrer le vélo, à travers tous ses usages et toutes ses pratiques : Le Ministère de la Transition écologiqueLe Ministère chargé des SportsL'Agence de la transition écologique (ADEME)La Fédération Française des Usagers de la Bicyclette (FUB)Le Club des Villes et Territoires Cyclables (CVTC)L'Union Sport & Cycle (USC)La Filière Nationale du Commerce et de la Réparation du Cycle et du Motocycle (CNPA)Vélo & territoiresLa Fédération Française de Cyclisme (FFC)• La Fédération Française de Cyclotourisme (FFVélo)L'Association Française des Véloroutes et Voies Vertes (AF3V)Femmes en MouvementL'Association de Promotion des Cycles et de la mobilité active (APIC) En complément de l'implication de ses membres fondateurs, Mai à vélo a établi des partenariats privilégiés avec des acteurs publics et privés, tels que le ministère de la Transition écologique, le ministère des sports, l’ADEME (l’agence de la transition écologique), L’Agence de Financement des Infrastructures de Transports de France, le CNPA, Corepile, Voies Navigables de France (VNF), Geovelo ou encore Shimano. Tous sont très sensibles aux questions de la mobilité durable et entretiennent ainsi depuis de nombreuses années un lien très étroit avec le monde du vélo.Mai à vélo encourage les collectivités, associations, entreprises, établissements scolaires à se mobiliser et organiser des événements cyclables, festifs, populaires, pédagogiques dans le respect des règles sanitaires… Et elles sont nombreuses à le faire. Ce sont actuellement plus de 600 événements et challenges enregistrés sur notre site internet : https://www.maiavelo.fr/nos-evenements. Télécharger le communiqué de presse complet Plus d'informations à contact@mai-a-velo.fr
Sophie POUILLY | le 03/05/2021
ACTU VÉLO
France Nature Environnement soutient la campagne "Voies vertes, en route pour le vélotaf !"
Communiqué de presse du mardi 6 avril 2021 Élections régionales et départementales : développons les voies vertes pour le « vélotaf » Le vélo avait déjà le vent en poupe, la pandémie de Covid-19 a accéléré le phénomène : 10% de nouveaux usagers sur l'année 2020[1] ! Un chiffre qui grimpe à 27% si l’on exclut les deux périodes de confinement. C’est le moment de faciliter le quotidien des cyclistes et d’encourager le vélo comme mode de déplacement du quotidien. C’est ce que proposent aujourd’hui l’Association française pour le développement des véloroutes et voies vertes (AF3V) et France Nature Environnement aux candidat.e.s aux élections régionales et départementales. Face à l’urgence climatique, les associations s’unissent et invitent les candidat.e.s à s’emparer de 10 idées d’actions concrètes pour concilier préservation de la biodiversité et développement des voies vertes, ces voies réservées aux mobilités actives comme la marche, le vélo, le roller, la trottinette… Et c’est à la fois bon pour la santé et le climat. Objectif : un tiers des déplacements domicile-travail réalisés à vélo Des voies lisses, durables, suffisamment larges, sécurisées et bien entretenues. Des usagers associés à leur conception. Ce sont quelques-unes des idées de bon sens que l'AF3V et France Nature Environnement proposent aux candidats aux élections régionales pour développer le « Vélotaf ». Pourquoi ? Parce que le secteur des transports représente la première source d’émissions de gaz à effet de serre au niveau national, et plus de la moitié d’entre elles proviennent des voitures particulières. Pour rejoindre leur lieu de travail, 30% des Françaises et Français parcourent moins de 5km et 50% parcourent moins de 9km[2]. Des distances aisément réalisables à vélo ou avec d'autres formes de mobilités douces, faisant du Vélotaf un puissant outil de protection du climat. Une nouvelle habitude à prendre, qui peut être encouragée par des infrastructures sécurisées. C’est ici que les voies vertes entrent en jeu : aménagées sur d’anciennes voies ferrées ou des chemins de halage, elles permettent à leurs usagers, qu’ils soient piétons, cyclistes, ou utilisateurs d’autres engins non motorisés (trottinette, roller…), de rejoindre le cœur des agglomérations depuis la périphérie en évitant les embouteillages et en émettant zéro gaz à effet de serre ! « Les voies vertes ne sont pas uniquement des aménagements récréatifs, mais de vraies infrastructures de transport qui permettent de rejoindre son lieu de travail sans émissions de gaz à effet de serre. Avec des aménagements adaptés, un tiers de nos déplacements domicile-travail pourraient être faits en vélo, en 15 minutes ou moins et la moitié en 30 minutes ou moins », explique Pierre Hémon de l’association AF3V. Des solutions à portée de main des candidates et candidats aux élections régionales et départementales Le schéma national des véloroutes (SNV) est aujourd’hui réalisé à 69%. Pour l’AF3V le succès du réseau des véloroutes et voies vertes en France ne dépend pas uniquement du nombre de kilomètres réalisés mais bien, aussi, de la qualité des infrastructures. Pour encourager un usage quotidien des voies vertes, il faut soigner leur réalisation qui dépend principalement des Conseils départementaux et régionaux : c’est pourquoi France Nature Environnement soutient la campagne d’interpellation lancée par l’Association française pour le développement des véloroutes et voies vertes (AF3V) auprès de tous les candidates et candidats aux prochaines élections départementales et régionales pour que les réalisations soient plus fonctionnelles et de meilleure qualité. « Confort de vie, santé, climat, biodiversité… il n’y a que des bonnes raisons de le faire : candidates et candidats, prenez publiquement position en faveur de 10 solutions qui permettront aux voies vertes de développer le vélotaf, c’est-à-dire de booster l’usage du vélo pour aller au travail ! », conclut Arnaud Schwartz, président de France Nature Environnement. Les 10 solutions de l’AF3V pour développer le vélotaf grâce aux voies vertes Créer des comités d’itinéraire avec les usagers. Pour mieux prendre en compte leurs besoins en mobilité du quotidien.Employer des revêtements lisses et durables. Pour encourager les déplacements utilitaires et favoriser l'inclusion sociale.Aménager les voies vertes en enrobé plutôt qu’en stabilisé. Pour préserver l’environnement, grâce au meilleur bilan écologique de l’enrobé.Créer des corridors biologiques distincts des voies vertes. Pour sauvegarder la biodiversité le long des voies.Supprimer les barrières inadaptées et les potelets dangereux. Pour améliorer l’accessibilité universelle des voies vertes.Généraliser la priorité donnée aux piétons et aux cyclistes. Pour mieux sécuriser les intersections des voies vertes.Raccorder les voies vertes aux gares et aux stations de transports collectifs. Pour renforcer l’intermodalité et fluidifier les déplacements.Prévoir une largeur de 5 m pour les voies vertes. Pour faciliter la cohabitation entre les usagers, plus nombreux chaque année.Assurer l’entretien régulier et la maintenance hivernale des voies vertes. Pour garantir la qualité de l’infrastructure toute l’année, comme pour le réseau routier et TER.Soutenir le projet Vélo expresS porté par l’AF3V. Pour favoriser l’autonomie des publics précaires dans leur mobilité grâce aux voies vertes. [1] Source : Bulletin de suivi de la fréquentation cyclable de Vélo & Territoires, en lien avec le ministère de la Transition écologique [2] Source : Enquête INSEE France Nature Environnement est la fédération française des associations de protection de la nature et de l'environnement. Elle est la porte-parole d'un mouvement de 3500 associations, regroupées au sein de 53 organisations adhérentes, présentes sur tout le territoire français, en métropole et outre-mer. Retrouvez-nous sur fne.asso.fr, Facebook, Twitter (@FNEasso) et Linkedin. L’Association française pour le développement des véloroutes et des voies vertes est une association d'usagers qui œuvre à la création d'un réseau ambitieux et cohérent d'aménagements sécurisés, accessibles et de qualité pour les déplacements en modes actifs sur l'ensemble du territoire français.Retrouvez-vous sur Twitter (@AF3V_officiel) et Facebook.
Sophie VERDELLET | le 12/04/2021
ACTU VÉLO
Appel à candidatures pour le 10ème European Greenways Award
L’Association européenne des voies vertes (EGWA) annonce l’appel à candidatures pour le 10ème Prix européen des voies vertes (EGA) 2021 organisé par EGWA en coopération avec la Generalitat Valenciana (Région de Valence), par l'intermédiaire du Ministère régional de la politique territoriale, des travaux publics et de la mobilité et de la Fondation espagnole des chemins de fer (FFE). La cérémonie de remise des prix aura lieu le 30 septembre à Valence.   L’objectif est de promouvoir des exemples de meilleures pratiques et de soutenir leur réplication sur d’autres voies vertes dans toute l’Europe. Le Prix européen des voies vertes ne sera décerné qu’aux voies vertes en vertu de la Déclaration de Lille, ainsi qu’aux initiatives déjà existantes. Ce prix biennal récompensera des exemples de meilleures pratiques en matière de voies vertes dans trois catégories : A. Prix d’excellence Dans cette catégorie, les1er,2eet 3eprix seront décernés à trois voies vertes exemplaires qui montrent la meilleure intégration des différentes caractéristiques qui définissent les voies vertes (art. 1 du Règlement) et qui démontrent également des forces spécifiques qui, de l’avis du jury, les rendent exemplaires. B. Initiatives exemplaires Un1er,2èmeet 3ème prix sera décerné à des initiatives exemplaires menées en relation avec les voies vertes. Cette catégorie est ouverte à toute activité liée aux voies vertes au sens le plus large. C. Prix spécial, Prix spécial européen greenways EYR 2021 Un prix unique sera décerné pour récompenser les initiatives qui valoriser le patrimoine ferroviaire et/ou les initiatives ou produits touristiques qui favorisent l’utilisation des trains, y compris le transport des vélos, à l’accès aux voies vertes et qui visent un ou plusieurs de ces sentiers. Ce prix spécial s’inscrit dans le cadre des activités incluses dans l’ANNÉE EUROPÉENNE DU RAIL 2021 (EYR), initiatives des parties prenantes. => Date limite pour la soumission des candidatures : jeudi 27 mai 2021 au plus tard. Règlements Formulaires de demande : Prix d’excellence ·Initiatives exemplairesPrix spécial EYR 2021 La cérémonie de remise des prix aura lieu le Jeudi 30 septembre 2021 à Valence (Espagne). Toutes les informations sur : www.europeangreenwaysaward.org
Sophie POUILLY | le 25/03/2021
ACTU VÉLO
« Velotaf » et « rollertaf » s’unissent pour le développement des voies vertes
Élections départementales et régionales des 13 et 20 juin 2021 - Communiqué de presse La Fédération Française de Roller & Skateboard s’associe à l’Association française pour le développement des véloroutes et voies vertes (AF3V) pour sensibiliser les décideurs publics à l’aménagement des voies vertes en France. Avec sa campagne « Voies vertes, en route pour le Vélotaf ! », l’AF3V souhaite interpeller les candidats aux exécutifs des Conseils Départementaux et Régionaux dont ces infrastructures dépendent majoritairement. Si elles se développent depuis une vingtaine d’années sur notre territoire, les voies vertes sont encore méconnues et font l’objet de nombreuses (fausses) idées reçues. A la différence des pistes cyclables, les voies vertes accueillent tous les modes actifs de locomotion. « De nombreux usagers en roller, skateboard et trottinette empruntent ces voies chaque jour que ce soit pour se déplacer ou pratiquer du sport, seul ou dans un club », commente Boris Darlet, Président de la FF Roller & Skateboard. Avec plus de 3 millions de pratiquants recensés en France, la pratique du roller connaît une forte accélération depuis la fin du premier confinement. Le skateboard et la trottinette ont, eux aussi, fait leur entrée ces dernières années et constituent une alternative qui séduit de plus en plus. « Les gens sont à la recherche de solutions qui leur permettent à la fois de se déplacer efficacement et de pratiquer une activité bonne pour leur santé. Avec, ce petit plus : un réel sentiment de liberté et le plaisir de la glisse », complète Boris Darlet. La campagne de mobilisation prend la forme de 10 engagements (ci-dessous) soumis aux candidates et candidats. Ils portent à la fois sur les caractéristiques d’aménagement, de sécurité ou encore d’entretien des voies vertes et véloroutes car « avec presque 18 000 km en France, nous disposons d’un réseau existant qui, si on l’aménage correctement, peut devenir une infrastructure efficace pour les déplacements quotidiens des Françaises et des Français » précise Pierre Hémon, Vice-Président de l’AF3V et porte-parole de cette campagne avant d’ajouter « nous pensons donc que les véloroutes et les voies vertes ne doivent pas être réservées à un usage récréatif pendant les week-ends et les vacances mais doivent être aménagées, entretenues et maillées avec le réseau des transports en commun des territoires pour développer les déplacements domicile-travail en modes actifs. » En s’associant à cette campagne, la FF Roller & Skateboard apporte son soutien à l’AF3V et se mobilisera à travers son réseau de plus de 900 clubs à relayer ce message en faveur des modes de déplacement respectueux de l’environnement. 10 engagements pour une mobilité d’avenirhttps://voiesvertesvelotaf.af3v.org 1. Créer des comités d’itinéraire avec les usagersPour mieux prendre en compte leurs besoins en mobilité du quotidien 2. Employer des revêtements lisses et durablesPour encourager les déplacements utilitaires et favoriser l'inclusion sociale 3. Aménager les voies vertes en enrobé plutôt qu’en stabiliséPour préserver l’environnement, grâce au meilleur bilan écologique de l’enrobé 4. Créer des corridors biologiques distincts des voies vertesPour sauvegarder la biodiversité le long des voies 5. Supprimer les barrières inadaptées et les potelets dangereuxPour améliorer l’accessibilité universelle des voies vertes 6. Généraliser la priorité donnée aux piétons et aux cyclistesPour mieux sécuriser les intersections des voies vertes 7. Raccorder les voies vertes aux gares et aux stations de transports collectifsPour renforcer l’intermodalité et fluidifier les déplacements 8. Prévoir une largeur de 5 m pour les voies vertesPour faciliter la cohabitation entre les usagers, plus nombreux chaque année 9. Assurer l’entretien régulier et la maintenance hivernale des voies vertesPour garantir la qualité de l’infrastructure toute l’année, comme pour le réseau routier et TER 10. Soutenir le projet Vélo expresS porté par l’AF3VPour favoriser l’autonomie des publics précaires dans leur mobilité grâce aux voies vertes Contacts presse : Pour l'AF3VPierre HémonPorte-parole de la campagne 06 59 72 45 37 phemon@af3v.org Pour la FF Roller & Skateboard Yannick Dequirez Chargé de communication 06 24 82 08 90yannick.dequirez@ffroller-skateboard.com Télécharger le communiqué de presse en format pdf
Sophie POUILLY | le 23/03/2021
    articles de 1 à 10     
Recevez toutes nos actualités et événements

AF3V

L'association française pour le développement des véloroutes et des voies vertes est une association d'usagers qui œuvre à la création d'un réseau ambitieux et cohérent d'aménagements sécurisés, accessibles et de qualité pour les déplacements en modes actifs sur l'ensemble du territoire français.

Contact

info@af3v.org

03 44 60 11 63

Copyright Ⓒ 2020 - Tous les droits sont réservés AF3V