Voies Vertes en enrobé et pollution de l’eau : l’AF3V met un uppercut aux idées reçues !

Accueil > Actualités > Voies Vertes en enrobé et pollution de l’eau : l’AF3V met un uppercut aux idées reçues !
Sophie POUILLY 31/03/2021 AMÉNAGEMENT

Tout usager régulier des Véloroutes et Voies Vertes le sait bien : rien de tel qu’un bon enrobé pour circuler ! Et c’est vrai : propre, durable, roulant, ce type de revêtement a tout pour plaire. Mais d’après beaucoup d’aménageurs, le bât blesse notamment au niveau de son impact écologique. L’enrobé polluerait l’eau ! Après les questions de…

Tout usager régulier des Véloroutes et Voies Vertes le sait bien : rien de tel qu’un bon enrobé pour circuler ! Et c’est vrai : propre, durable, roulant, ce type de revêtement a tout pour plaire. Mais d’après beaucoup d’aménageurs, le bât blesse notamment au niveau de son impact écologique. L’enrobé polluerait l’eau ! Après les questions de coût et d’intégration paysagère, c’est l’un des arguments utilisé pour continuer, envers et contre tout, à réaliser de nouvelles voies vertes en sable stabilisé.

Pour préserver l’environnement, sommes-nous vraiment « condamnés » à circuler sur des Véloroutes et Voies Vertes poussiéreuses en été et détrempées en hiver, qui s’abîment vite et font perdre du rendement ?L’enrobé est-il vraiment coupable et à bannir ? En partenariat avec l’association France Nature Environnement et avec le concours du CEREMA, l’AF3V a mené l’enquête sur le sujet.

Une Voie Verte en enrobé pollue les  eaux pluviales : FAUX !

Deux sources de pollution des eaux de ruissellement peuvent être liées à la question du revêtement. La première vient de la circulation sur la chaussée. Il est vrai que sur une route fréquentée par les voitures, le ruissellement des eaux de pluie entraîne avec lui hydrocarbures, huiles, métaux lourds et poussières de pneus et de plaquettes de freins jusque sur les bas-côtés. C’est cette pollution liée à l’automobile qui impose aux aménageurs de prévoir un réseau d’assainissement séparatif, afin de récupérer ces eaux souillées.

Lorsqu’une voie n’est fréquentée que par des piétons, des cyclistes et autres usagers des modes actifs, l’impact est nul. Les eaux qui s’écoulent de part et d’autre d’une voie verte en enrobé ne sont pas polluées. Elles peuvent même alimenter des mares et autres zones humides et ainsi, contribuer à la préservation de la biodiversité.

Une Voie Verte en enrobé pollue par relargage du matériau : FAUX !

La seconde source de pollution, c’est ce que l’on appelle le « relargage du matériau ». Le relargage, c’est lorsqu’un corps libère des composants polluants quand il est en contact avec un liquide. On connait bien l’exemple du bisphénol des anciens plastiques… L’enrobé serait-il lui aussi concerné ?

Les données permettant de le vérifier sont nombreuses.Au cours de ses recherches, le groupe de travail interassociatif  de l’AF3V et de FNE s’est notamment intéressée aux résultats d’ expériences dites de « lixiviation1 ». Durant celles-ci, le comportement d’ échantillons d’enrobé au contact de l’eau est étudié, selon un protocole scientifique très complexe et précis. Le résultat, sans appel, a été confirmé par le Cerema : l’enrobé est un matériau inerte qui ne libère pas ses composants chimiques dans l’environnement.

 Et le stabilisé dans tout ça ? Même si les données scientifiques manquent sur le sujet, on peut au moins faire un premier constat : composé de sable et souvent de ciment, ce type de revêtement génère beaucoup de poussière… et le ciment contient des métaux lourds ! Alors pourquoi s’entêter à privilégier une solution dont l’innocuité environnementale n’est pas garantie ?

Avec sa campagne #VoiesVertesVélotaf, lancée début mars, l’AF3V interpelle les candidats aux élections départementales et régionales et les encourage notamment à « changer de lunettes » concernant l’enrobé.

Offrons-nous une vraie chance de développer le Vélotaf partout en France, y compris dans les zones rurales et périurbaines :offrons-nous la généralisation des aménagements en enrobé !

#VoiesVertesVélotaf : aidez-nous à faire changer les choses !

Pour soutenir la campagne, la partager par mail ou sur vos réseaux sociaux, une seule adresse : https://voiesvertesvelotaf.af3v.org

1 Selon le Robert, la lixiviation, c’est « l’extraction d’un composé soluble à partir d’un produit pulvérisé, par des opérations de lavage et de percolation. »

Partager cet article