Les Assises nationales de la Mobilité

Consultation de septembre à décembre 2017

Lancées en septembre 2017 par Elisabeth Borne, ministre chargée des transports, les Assises nationales de la mobilité se déroulent jusqu’en décembre 2017.
Cette grande consultation s’adresse à tous les acteurs du territoire et permettra de préparer la Loi d’orientation des mobilités, présentée au premier semestre 2018.

Tous les citoyens sont appelés à apporter leur contribution

Réparties sur 3 mois, de septembre à décembre 2017, les Assises nationales de la mobilité visent à identifier les besoins et les attentes prioritaires de tous les citoyens autour de la mobilité en accordant une attention particulière aux transports de la vie quotidienne, aux zones rurales et périurbaines.
Pour cela, usagers, collectivités, opérateurs, acteurs économiques et ONG de l’ensemble du territoire sont conviés à participer et à faire émerger de nouvelles solutions. Ces Assises aboutiront à la Loi d’orientation des mobilités, présentée au premier trimestre 2018.

www.assisesdelamobilite.gouv.fr


L’AF3V se doit d’y participer collectivement et individuellement. La consultation des Assises de la mobilité s’organise en plusieurs étapes et propose plusieurs types d’ateliers répartis dans le temps.

1. Des ateliers dans les territoires
Sont prévus :
  • des ateliers territoriaux dans une quinzaine de lieux, qui, organisés sous forme de réunions publiques, ont pour objectif d’approfondir les besoins et de faire émerger les idées et initiatives ;
  • des ateliers thématiques ;
  • des ateliers de l’innovation.

2. Une consultation en ligne ouverte à tout individuel et association
Parallèlement à ces ateliers, un site web dédié aux Assises nationales de la mobilité est ouvert au public. Chacun peut ainsi participer au projet en apportant sa contribution sur la plateforme. Six grands thèmes identifiés sur la mobilité.

La rubrique « Participer » est dédiée à vos contributions. Pour y participer, une simple inscription à la plateforme suffit. La consultation s’organise autour de six thèmes :

  • mobilités plus propres : réduire notre empreinte environnementale ;
  • mobilités plus connectées : accélérer l’innovation et la révolution numérique ;
  • mobilités plus solidaires : réduire les fractures sociales et territoriales ;
  • mobilités plus intermodales : mieux articuler toutes les offres de transport ;
  • mobilités plus sûres : réduire les accidents et les risques ;
  • mobilités plus soutenables : revoir les modèles économiques et la gouvernance.

3. Une rencontre de Grenoble jeudi 28 septembre 2017
Plus particulièrement placée sur le thème des Plans de Mobilité qui seront obligatoires au 1er janvier 2018 pour les entreprises de plus de 100 salariés sur un même site dans un périmètre couvert par un PDU (zone urbain). L’AF3V y était présente avec Albert Cessieux (Valence) et Catherine Bonne (Chambéry).

Il apparaît que dans le diagnostic que doit faire chaque entreprise, un recensement des infrastructures desservant leurs sites doit être élaboré, comprenant les pistes cyclables. Les véloroutes et voies vertes devraient par conséquent figurer dans ces diagnostics.

4. Participer
Il suffit de créer un compte et de le faire valider. Il peut être individuel ou collectif association.
L’AF3V peut participer en tant qu’association et se proposer pour intervenir comme expert.

5. Quels thèmes aborder ?
Par exemple (non limitatif) :

  • Le vélo est un moyen de déplacement performant pour 50% des déplacements des français.
  • Une mobilité plus sûre avec le développement de la pratique du vélo qui nécessite des itinéraires sécurisés confortables et continus de type piste cyclable, voie verte, véloroute…
  • Ces itinéraires de déplacement actif continus et sécurisés doivent relier les villes, les villages les quartiers.
  • L’AF3V fait des propositions d’itinéraire de mobilité active desservant l’urbanisation, les zones d’emploi, relier les villes voisines et villages.
  • L’AF3V se propose pour intervenir comme expert
  • Supprimer les bandes multifonctionnelles le long des routes départementales d’un cout élevé, elles conduisent à augmenter la vitesse du trafic = plus de danger.
    Le cycliste préfère une piste cyclable séparée du trafic ou un itinéraire véloroute alternatif
  • Obligation des financeurs de projets routiers de financer les projets d’itinéraire cyclable avec prélèvement d’un forfait de 10% des travaux consigne dans un fond national crée pour financer les itinéraires cyclables
  • Une voie verte de qualité rend un territoire attractif car sécurisant les déplacements en modes actifs.
  • Chaque site d’emploi et d’activité devrait être équipé en voie verte ou véloroute sécurisant les déplacements en mode actif.
  • Faire des voies vertes avec un revêtement de qualité

L’intérêt de faire des contributions donne la possibilité de voter et faire voter dessus pour soutenir les propositions.